lundi 8 juin 2015

JE DE....BLATTER

Il est mal Sepp Blatter…. Il est mal parce que les USA ont décidé d’avoir la peau de la FIFA.

Faut se mettre à leur place. Le football est devenu un média international. Aussi puissant, sinon plus que les Jeux Olympiques. Et ils y sont quantité négligeable. A la FIFA, ils sont mélangés avec les Caraïbes et le Nicaragua. Poids économique zéro car le foot n’existe pas sur les télés américaines et donc poids politique zéro.

Au point que les gros pardessus préfèrent organiser des Coupes du Monde dans les déserts du Qatar ou les steppes russes. Ha, mais là ça va plus… La dernière coupe du monde aux USA, en 1994, n’a pas laissé de souvenir impérissable.… Faut dire que les villes américains et leurs stades se prêtent pas trop au jeu.

C’est pas mieux chez les femmes. Qui ouvre en 2015 la Coupe de Football féminine ? La Chine. Inacceptable pour les Américains.

Et donc, ils font le ménage. En dégageant les Antillais qui ne les aident pas trop et le Président qui préfère Moscou. Corrompu ? Voilà des années qu’on en parle et que tout le monde s’en satisfait. Même nous. Blatter paye pour la main de Thierry Henry et tout va bien. Le système est rodé, huilé. Mais il n’accorde aucune place aux USA. Ils sont la dernière roue du carrosse.

Or, ils savent l’importance du sport. Là aussi, tout change… Jadis, l’événement international, c’étaient les JO. Plus un peu de ski, de tennis et d’automobile. Les USA figuraient honorablement et surtout organisaient les événements. Aspen pour le ski, Indianapolis ou Daytona pour la bagnole, Flushing Meadows pour le tennis. Le glissement vers le football a rendu tout ça caduque. Le sport évolue dans une direction qui ne leur convient pas.

Et donc, ils réagissent en portant la question sur le tapis vert. Ils ne peuvent pas faire la guerre pour le football. Mais les circonvolutions juridiques, ils savent. En plus, la corruption a ceci de bien qu’elle est marque d’infamie morale.

La question qui reste est celle de l’organisation de la Coupe du Monde en Russie. Je tiens le pari que c’est là-dessus que vont se concentrer les avocats, avec le Qatar en dommage collatéral. Parce que les prochains JO se présentent mal avec le Brésil, le Japon, la Corée en puissances invitantes. Les BRICS s’invitent dans le sport de haut niveau et le lasso glisse des mains de Washington. Les sportifs américains ne trustent plus les médailles, les compagnies américaines ne monopolisent plus les droits de retransmission, le soft power se délite. Pour les USA, il faut que ça cesse et il faut reprendre la main dans le sport. Et donc, la cible est la corruption chez les proches de Poutine, voire chez Poutine lui-même.

C’est un signe très fort. Pour en arriver à utiliser le football comme arme, il faut que l’arsenal ait sacrément fondu. Bien entendu, ça ne marchera pas. Les USA eux mêmes mélangent allégrement sport et pognon et leurs équipes olympiques sont pleines de professionnels. Sans compter la dope, n’est-ce pas Lance Armstrong ? L’attaque risque de revenir en boomerang. Et, en tous cas, les rapports entre le public et les footballeurs est tel que rien ne bougera….

Les USA ont l’impression qu’ils ont imposé au monde leur mode de vie parce qu’ils vendent des hectolitres de Coca-Cola. Mais ils ont échoué dans le seul sport réellement universel. Autant dire qu’ils ont échoué dans le sport. Ils ont pourri le sport de fric. Ce qui a permis au minuscule et richissime Qatar de devenir une « nation sportive ». Tous les repères disparaissent, alors les quelques chèques de Sepp Blatter….

On en reparlera…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire