mercredi 25 juillet 2012

LE MODELE ALLEMAND

Je commence à en avoir plein le dos de l’admiration hyperbolique du modèle allemand. Plein de trucs remontent en moi, des discours prononcés il n’y a pas si longtemps et qui décrivaient l’Allemagne (le Grand Reich) comme un modèle de vertu, d’organisation, de discipline. Ein Volk, ein Reich, ein Führer.

Ne faites pas la moue. C’est pareil. Ils sont riches parce qu’ils sont disciplinés, organisés, travailleurs. Pas comme nous, les Latins, branleurs, truqueurs, fainéants et qui veulent jouir par le plaisir. En Prusse, c’est le travail qui fait jouir, il paraît. Et donc, on n’a que ce qu’on mérite. J’admets, les Grecs, ils sont pas vraiment Latins, mais c’est tout comme. Le Latin, il paye pas ses impôts, c’est même à ça qu’on le reconnaît.

Les Boches (faut appeler les choses par leur nom et se souvenir que Bécassine pensait que les Boches habitaient la Bochie, délicieux souvenir du délicieux Pichon), les Boches, ils ont pas le même fonctionnement que nous parce qu’ils n’ont pas les mêmes problèmes que nous.

D’abord, ils n’ont pas d’armée. D’accord, on leur a interdit, mais quand même, le différentiel entre leurs dépenses militaires et les nôtres, c’est grosso modo 20 milliards de dollars par an. Moyennant quoi, on s’est engagés à les défendre. On casque pour les protéger, normal qu’ils casquent pour nous aider. Tiens ! « casquer » va bien sur ce coup militaire.

Ensuite, ils ont la natalité en berne. Grosso modo 14% de moins de 15 ans dans la population alors qu’on flirte avec les 20%. Ça coûte cher les gosses. Faut offrir un suivi médical à la maman, faut des maternités, des écoles, des enseignants, des universités. Forcément, ça fait des sous qu’on dépense et pas eux. Comme en plus, les dépenses sociales, ils sont pas fanatiques vu qu’ils sont un peu luthériens, forcément y’a un gros différentiel. Comme préparation de l’avenir, il y a mieux, je trouve.

Armée, santé, éducation, ça explique le différentiel des dépenses publiques. C’est pas qu’ils gèrent mieux, c’est qu’ils n’ont pas les mêmes choses à gérer. Pas d’écoles, pas de casernes, ça facilite la vie du Ministre chargé de payer.

On a Dany-le-Vert qui vient nous expliquer qu’en plus, ils ont la fibre écologique et pas nous. Tu parles ! Plus de 40% de l’électricité produite par des centrales à charbon, je trouve pas ça très écolo. Dany, il fanfaronne comme quoi, les Boches aiment pas le nucléaire. Et pour cause ! On leur a interdit en 45. J’appelle pas ça un vrai choix de société. Alors, ils émettent des gaz à effet de serre, le double de nous en gros. Je veux bien qu’ils soient écolos, mais les chiffres plaident pas en leur faveur.

Le Boche, c’est pas un bosseur fanatique. Il est comme nous. Va sur les plages landaises en juillet, tu verras. Ou à Ibiza. Les Boches, ils font une fête pas possible, ils picolent comme nous, ils draguent comme nous, ils déconnent comme nous. Et chez eux, c’est pareil. Ils produisent pas plus, ni mieux. C’est juste que leur gouvernement, il ne dépense pas comme le nôtre, il n’a pas les mêmes contraintes, ni les mêmes obligations.

Alors, arrêtons. Arrêtons les comparaisons stupides. Ni eux, ni nous, n’avons le choix. Nous sommes bien obligés de payer pour nos gosses. Pour l’armée, ça se discute mais si, demain, on cassait le budget de la Défense, je suis bien sûr que la Teutonne turriforme viendrait chouiner qu’on met l’Allemagne en danger.

On en reparlera…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire