mercredi 4 juillet 2012

LA BAGNOLE COUTE CHER

Bon, le marché automobile s’effondre en France. Ben oui. Quand l’économie est en berne et que t’as trois millions de chômeurs, que se loger coûte un bras, tu changes pas ta caisse. Tu feras bien une année de plus avec la vieille. Je parle des gens normaux, des gens à Logan et Clio. Pas de ceux qui changent leur Ferrari tous les ans.

La baisse du marché automobile reflète la paupérisation du pays. Faut pas avoir fait l’ENA pour s’en rendre compte.

Et donc, en toute bonne logique capitaliste, les constructeurs réclament l’aide de l’Etat. Ils chient pas la honte, comme on dit chez moi. Ces mecs, Renault et PSA réunis, ils sont à la base de notre déclin économique. Renault, il ouvre une usine à Tanger, histoire de finir d’achever les sites historiques français. Peugeot, il veut fermer Aulnay-sous-bois. Dans tous les cas, chômeurs supplémentaires assurés. L’Etat va payer les indemnités. C’est pas une aide, ça ? Pas à leurs yeux. Ils créent des pauvres et, en plus, ils veulent que l’Etat les aide à vendre des autos aux nouveaux pauvres. Nouveaux pauvres à qui Pôle Emploi donnera un peu d’argent pour qu’ils achètent des bagnoles bradées avec l’aide de l’Etat.

La logique, elle est où ? D’autant que l’actualité est bonne fille qui nous indique, la même semaine, que Toyota va augmenter les capacités de production de son usine française pour exporter des autos aux USA.

Toyota est installé en France. Peugeot aussi. Ils ont les mêmes salaires, les mêmes conventions collectives, ils payent l’électricité au même prix. Le Nippon se félicite de la productivité de l’ouvrier tricolore, le Français chouine que plus rien n’est possible. Y’en a un qui s’appuie sur la France pour conquérir des marchés, l’autre qui fait la manche.

Moi, je vois qu’une explication. Quand, à conditions égales, l’un gagne et l’autre perd, c’est qu’il y a un mauvais et un bon. C’est con pour les ouvriers d’Aulnay-sous-Bois, ils sont dirigés par le mauvais. Vous pouvez tourner le problème dans tous les sens, c’est pas possible autrement. Toyota, c’est le premier constructeur automobile du monde. Quand les mecs de Toyota causent de productivité, ils savent de quoi ils parlent. Ils font pas du lobbying comme Madame Parisot qui veut nous faire croire que 20 € de plus par mois sur une fiche de paye, ça met l’économie en péril. L’augmentation du SMIC, elle va impacter Toyota comme Renault. Toyota hausse les épaules et développe son outil de production. Peugeot pleure, Renault se lamente.

Nos constructeurs automobiles sont pathétiques. Ils ne savent que communiquer, et mal en plus. Mais la réalité des marchés est autre. Quand Peugeot vend 3,5 millions de véhicules dans le monde entier, Toyota en vend 1,5 millions sur le seul marché américain. Et pas du bas de gamme qui excite tellement Ghosn. Non. De l’hybride, de la voiture chère. Nos constructeurs ont tout faux. Mauvais modèles, mauvaise image, mauvaises ventes. Ils ont loupé le tournant de l’hybride, ils se battent sur le premier segment du marché, celui qui ne rapporte rien. Leurs autos ne font plus rêver. Ghosn, il te dira que Nissan vend bien aux USA. Exact. Des autos fabriquées en Grande-Bretagne. Génial : Nissan, filiale de Renault, fabrique ses autos en Angleterre quand Toyota fabrique en France. Mais Ghosn, il s’en fout, il a pas vraiment la fibre nationale. Pour les Nissan, c’est Cameron et son tapis rouge, pour les Renault, il tend la sebille à Hollande. Faudrait voir à calculer les parts respectives de Nissan et Renault sur sa fiche de paye.

J’attends avec impatience les journalistes qui vont poser la question à Ghosn et Varin. Pourquoi vous avez une productivité calamiteuse quand Toyota a une productivité exceptionnelle ? Ce serait-y pas que vous êtes pas très bons ? J’attends leurs explications, ça va être un bel exercice de langue de bois. Parce que faut pas croire qu’ils vont se couvrir la tête de cendres. Ils vont te parler marché mondial, marché national, stratégie à long terme. En attendant, ils reculent gentiment, même sur leur marché national. Pas en nombre de véhicules. En chiffre d’affaires. Bon je dis ça, mais pas un journaliste ne posera la question : le marché publicitaire est trop gros pour se fâcher avec les constructeurs français.

Et puis Ghosn, il a toujours l’auréole de sauveur de Nissan. On ne peut pas le nier. Certes, il a sauvé Nissan en licenciant comme un malade, mais il l’a sauvé. Ce qui a conduit à une confusion épistémologique. Personne ne veut dire que Ghosn est un gestionnaire, pas un créateur. Filez lui une entreprise malade, il vous sortira le diagnostic et le traitement. Mais après ? Après, il faut créer, inventer, imaginer. Il faut un peu de folie. Imaginer un marché qui n’existe pas encore comme l’a fait BMW avec la Mini. Ou le créer de toutes pièces comme Smart. Les mecs comme Ghosn, il faut leur filer des entreprises à sauver, pas à conduire. Parce qu’il applique les mêmes règles à l’entreprise assainie que celles qu’il a appliquées à l’entreprise malade.

Tiens, prends la Formule 1. Renault a disparu du paysage. C’est pas vrai, dira Ghosn, nos moteurs dominent les circuits. Exact. Voilà trente ans que Renault est le meilleur motoriste du monde. Et voilà trente ans que tout le monde est persuadé que les moteurs allemands sont meilleurs. Y’a comme qui dirait un déficit d’image. Sauf que c’est plus rentable de faire de bons moteurs et de les vendre à Red Bull et Lotus que de développer des Renault F1. Faut dire que ça servirait à rien d’avoir des F1 au top pour vendre des Dacia au prolétaire russe.

Tout ceci conduit à une gestion étroite et à des résultats étroits. Avec au bout du bout, une érosion sans cesse accentuée. Car tout le monde peut appliquer des recettes mais rares sont ceux qui les inventent. Comme beaucoup de dirigeants, Ghosn est un prolongateur de courbes. C’est comme ça qu’il prévoit l’avenir. Moyennant quoi, il sera le dernier constructeur à s’implanter en Chine. C’est pas vrai, dit Ghosn, Nissan y est déjà. Je sais pas comment il a décidé ça, mais implanter la marque japonaise et pas la française dans un pays qui a un lourd contentieux historique avec le Japon et qui adore la France, ça montre les limites de la réflexion. Sauf que ce genre de savoir n’apparaît pas dans les courbes statistiques.

En attendant, Nissan, Renault et PSA rament derrière Toyota. Toyota qui va nous améliorer la balance commerciale que Renault dégrade depuis vingt ans.

Merci Toyota. Arigato degozaimasu….

On en reparlera…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire