samedi 16 avril 2016

POLICE ET DROITS DE L’HOMME


Revenons aux textes. Déclaration des Droits de l’Homme, article 7 :

Tout citoyen appelé ou saisi en vertu de la Loi doit obéir à l’instant. Il se rend coupable par la résistance.

Voilà qui est clair. Pas la peine de sodomiser les diptères : si un policier t’interpelle et que tu te dérobes, tu es coupable.

Il faudrait le rappeler plus souvent. Par exemple aux parents du môme tabassé par les policiers auxquels il venait de lancer des projectiles : par son attitude de refus de la loi, il devenait coupable. On pourrait le rappeler aussi à tous ceux qui se barrent quand ils sont interpellés, même dans un transformateur. On appelle ça un « délit de fuite » et celui qui commet un délit est un délinquant. Si l’interpellation n’est pas conforme aux droits de l’homme, c’est autre chose, la justice s'en chargera. Et on ne peut pas mélanger les deux ou exciper de l’un pour excuser l’autre. On ferait un mélange fort peu juridique.

Y'en a plein, ils s'imaginent que les confrontations, c'est comme à la télé. Ho ! pépére. En face de toi, t'as un mec équipé, protégé, entraîné. Si tu lui mets un coup, y'a juste une chose dont tu peux être sûr : le gnon qu'il va te retourner, ça sera un gnon de première classe. Si t'en veux pas, tape pas le premier. Ou alors, assume. Prends tes responsabilités.

Moi, j’aimerais simplement que ceux qui s’abritent sans cesse derrière les droits de l’homme (y compris en inventant des droits si ça leur parait utile) reviennent au texte et admettent que la révolte devant la Loi est un délit, parce que défendre un délinquant, c’est le boulot des avocats pas des simples citoyens (sauf au bistro, mais c’est autre chose).

Pas la peine d’aller vérifier le texte et de m’emmerder avec le texte de 48 par rapport au texte de 89. Le texte de 48 n’a aucune valeur juridique vu que c’est le texte de 89 qui forme le préambule de la Constitution française, notre loi fondamentale. Si ça te convient pas, tu peux choisir un député qui changera les choses. Mais si t’aimes les droits de l’homme, faudra faire avec.

Mais les flics n’ont pas tous les droits !!! NON. Mais ils ont tous les droits que tu leur a délégués. En votant. Ils ont tous les droits que tu leur confirmes chaque fois que tu vas pleurer au commissariat parce qu'on t'a piqué ta bagnole ou qu'on a vandalisé ton jardin. N’oublie pas cette vérité : personne, même pas toi, et surtout pas toi, ne peut vénérer une chose et son contraire.

Et les droits de l’homme, c’est pas saucissonnable. Si t’es pour, tu admets l’article 7. Sinon, t’es contre.

Et moi, ce que je crois, c’est que t’es contre.

On en reparlera

Aucun commentaire:

Publier un commentaire