jeudi 18 mai 2017

AYMERIC CARON, LA PENSÉE DÉFICIENTE

 C’était dans Libé ; hier…. Une tribune du très grand journaliste Aymeric Caron contre l’investiture de En Marche donnée à Marie Sara, ex-Madame Henri Leconte., au motif qu’elle a tué des toros. Aymeric Caron est vegan et en tire une large partie de son infime gloire. Ancien correspondant de guerre, Aymeric Caron est déjà occulté par le souvenir de son homonyme, Gilles Caron, qui a eu le bon goût de se faire tuer  au Viet-Nam, comme le correspondant de guerre qu’il était vraiment.

Un bon journaliste n’occulte aucun fait.. Et donc, rappelons à Aymeric Caron que le premier chef d’Etat moderne à prôner le végétarianisme s’appelait Adolf Hitler. Peut on en conclure que vegan et barbarie nazie sont liés ? Je ne le ferais pas ; ce serait indécent. Caron, lui, n’hésiterait pas s’il trouvait dans la fange ce type d’argument.

Il est copain avec Matthieu Ricard qui fut aussi le grand copain de Robert Ménard quand il s’agissait de défendre la cause tibétaine. Vieille alliance entre les Teutons rhénans et les lamas du Brahmapoutre (http://rchabaud.blogspot.fr/2014/02/les-verts-et-les-bruns.html). Aujourd’hui Caron déteste Ménard.

Quand Ménard organisait les manifs contre la flamme olympique chinoise, il était soutenu par Matthieu Ricard et par le chef de cabinet de Delanoé, un certain Nicolas Revel, par ailleurs demi-frère de Ricard, secrétaire général adjoint de l’Elysée en tandem avec Macron, nommé récemment patron de l’assurance maladie ce qui laisse mal augurer de l’avenir des CPAM. Ménard, devenu inutile, a été jeté par ses anciens amis. Caron est resté du côté du manche, comme toujours, et s’est reconstruit une bio présentable.


Ces imbéciles de parents sont entrainés dans ce genre de conneries par les pseudo-intellos qui utilisent la rhétorique pour donner la mort. « Lait végétal », c’est un oxymore vu qu’il est impossible que le lait, substance animale, soit végétale. Les coupables ne sont pas des parents décérébrés mais ceux qui truquent, trichent, dévoient les mots pour inventer des concepts qui les arrangent.

Dans sa bio Wikipédia, Caron affirme tenir de sa mère un « côté protestant ». Ça fait bien le protestant, ça fait honnête et rigoureux. Pour avoir été élevé par une mère protestante (avec même des pasteurs dans la famille) et formé par un directeur de thèse protestant (Roland Barthes), je me permets de rigoler car je sais que le protestantisme ne pousse pas pareil à Nérac, chez Jeanne d’Albret, et dans les Provinces-Unies. Faut dire que le confit de canard n’est pas exactement le hareng fumé et qu’un petit Buzet n’est pas une bière, fut-elle d’abbaye. Je ne parlerai pas de sexualité, ça nous entrainerait trop loin, avec Gide à Tanger, par exemple.

Ceci permet d’ouvrir le rideau. Les mots écrasent la réflexion et, grâce à la télé, on sait désormais que parler, c’est penser et que les présentateurs sont des journalistes. Caron peut toujours reprocher à Marie Sara ses toros. Il sait bien que personne n’ira lui reprocher les enfants dénutris, parfois jusqu’à la mort, que son babillage crée. Avec son réseau, il avance à bas bruit, cache ses forfaits, élimine ses amitiés gênantes et lisse avec affectation sa séduisante mèche.

Tu veux dire quoi, là ? Que c’est une ordure ?

J’ai dit ça ? moi ?


On en reparlera….

Aucun commentaire:

Publier un commentaire