samedi 13 mai 2017

LE RENOUVEAU

Jadis on avait une règle simple d’évaluation : dis moi d’où tu parles..
Pour Macron, ça fonctionnait bien : banque d’affaires à main gauche, Elysée à  main droite. Deux lieux de parole qui ne laissaient aucun doute quant à ce qui nous attendait.

Et donc on savait que la discursivité macronienne n’avait qu’un seul but : préparer les discours suivants, ceux qui seraient écrits pour expliquer que, les choses étant ce qu’elles sont, il faut oublier les premières promesses.

Il fait fort le petit nouveau.. Il se place en candidat du renouveau et il appelle au secours ce cancre de Bayrou, quarante ans de politique, tous les postes possibles, de maire à ministre et dont les électeurs locaux ne veulent plus tant ils le trouve calamiteux. L‘homme qui a transformé l’UDF, second parti de France en Modem, un parti qui peut tenir ses congrès dans une cabine téléphonique. Même son vieux copain Lassalle n’en veut plus. Bayrou, c’est le renouveau-Emmaus, donnez une nouvelle chance à vos appareils usés.

Chez lui, il vient d’annoncer les investitures du renouveau. On a une vieille militante de tous les partis, trente ans de vie politique, qui nous prouve qu’enfin le renouveau est possible après la ménopause. La jeunette de service ouvre un autre volet : elle est fille du président du conseil départemental. C’est le renouveau népotique. Comme ce jeune maire, fils de l‘ancien maire.

J’en ai vu quelques autres du même acabit, où on recycle de la vieille copine, chargeant de préparer la société de nos enfants à des nanas trop vieilles pour en faire. (Paraît qu’on ne doit pas dire ça, je m’en fous,c’est dit). Le népotisme, il est entré dans les mœurs, il a été normalisé ; on trouve normal qu’un fils d’ouvrier soit ouvrier, et donc normal qu’un fils de maire soit maire.

Il y a des chiffres qui font peur. Je lis qu’après l’élection, EM a reçu près de 20 000 demandes d’investiture, soit une bonne quarantaine par circonscription. Preuve qu’il y a eu beaucoup de couillons pour y croire et se voir en hussards du renouveau. Que derrière, la machine à activer les réseaux se soit mise en marche, c’est normal. Où irait on si les amateurs piquent les jobs des professionnels ? D’ailleurs, le renouveau va fonctionner. Le nouveau Président va piquer des vieilles charrues à droite comme à gauche. Sarkozy nous l’avait déjà fait ce qui nous avait permis d’avoir Kouchner au Quai d’Orsay.

Poudre aux yeux et rideau de fumée. Il paraît que Frédéric Mitterrand trouve Macron émouvant dans sa fragilité. Et c’est un connaisseur qui parle, un homme qui a toujours été ému par les petits jeunes. Quand tu as été associé chez Rothschild, tu n’es pas fragile, tu es un prédateur et dans le cas qui nous occupe, un prédateur choisi par ses pairs, et donc moins fragile qu’eux.

N’attendons pas le nom du Premier Ministre. Lui sera choisi avec soin pour incarner le renouveau. Regardons derrière la cohorte des prébendes à maroquin qui viendra recycler des vieux expérimentés, des conseillers copains d’école et des fils de…

Donnons le coup de descabello. Macron est fidèle à lui même. Comment un gérontophile peut-il incarner le renouveau ? Quand il était en culottes courtes, sa femme votait déjà pour Bayrou..


On en reparlera..d’autant que  j’ai l’âge désormais de me moquer des vieux.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire