vendredi 19 mai 2017

JOURNALISTES A CREDIT


 Alors, le truc qui marche aujourd’hui, c’est la défense de la liberté de la presse contre le méchant Macron et ses demandes liberticides.. Je précise que je n’ai pas voté Macron, estimant qu’un banquier dérégulateur n’était pas ma cup of tea.

Mais qu’a dit Macron qui provoque l’ire des bien-pensants. ? Que n’importe qui ne suivrait pas ses voyages. Et donc il convient de rappeler quelques vérités premières.

Première vérité : le journaliste tout terrain n’existe pas. Un journaliste, c’est un carnet d’adresses, des réseaux, des contacts, toute une machine à faire sortir et remonter l’info. L’un des premiers que j’ai connu était l’immense Lucien Bodard. Lui, son boulot c’était la Chine et l’Asie du Sud.. Si Lazareff lui avait proposé un reportage en Patagonie orientale, il se serait fait envoyer sur les roses. Idem pour Jean Lacouture. Egypte, Vietnam, il faisait, pas l’Ecosse du nord. On appelle ça conscience professionnelle : je travaille sur les sujets que je connais mieux que les autres et je mets mon savoir à la disposition de mes lecteurs. On pourrait accumuler les exemples venus d’un autre temps.

La liberté de la presse, c’est ça : permettre aux meilleurs de creuser un sujet, présenter des discours occultés, mettre en évidence le détail qui fait sens.

Seconde vérité : les présentateurs ne sont pas des journalistes, comme les maisons de la presse ne sont pas des librairies. Le présentateur, c’est juste une belle gueule qui met en forme les infos recueillies par d’autres. Une sorte de maquettiste. Journaliste, c’est chercheur d’or : manipuler des tonnes pour recueillir quelques pépites. Un journaliste, c’est un monomaniaque

Caricature : Pascal Praud qui alterne talk shows politiques et sportifs et passe sans souci de Matignon au Stade de France et de Macron à Deschamps. Ou bien il a une équipe colossale pour ratisser le terrain, ou bien il fait pas son boulot à fond. Vu que Bolloré ne les attache pas avec des saucisses….

Troisième vérité : qui commande paye. Le journaliste en déplacement officiel, il est invité. Rincé, payé. Moi, je trouve pas choquant qu’un mec, fut-il Président de la République, n’ait pas envie de voyager avec un autre mec qui ne peut pas le blairer, le dézingue à la première occasion ou pue de la gueule…..Surtout si c’est lui qui paye le voyage. Je tiens le pari que ces zozos qui hurlent au non respect de la liberté de la presse ne sont pas respectables (professionnellement), pas au niveau, tout simplement et qu’ils avancent masqués derrière des principes qu’ils ne respectent pas.

Je pense à des trucs , comme ce branlotin qui m’a dit une fois : Ho ! c’est bien suffisant pour mes lecteurs. Suffisant ? Elle est où la suffisance ? Mais je pense aussi à des pros, comme Maurice Denuzière ou Jean-Michel Durand-Souffland qui passait des semaines à préparer leurs reportages. Ils venaient à la librairie chercher des livres et des noms, ils lisaient, interrogeaient et partaient quelques semaines plus tard, imprégnés du savoir qu’ils avaient accumulé. On est loin du cliché du reporter bouclant sa valise en une heure…

Si on m’avait dit, il y a quinze jours, que je défendrais Macron, j’y aurais pas cru..


On en reparlera…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire