dimanche 23 juillet 2017

LE FARDEAU DES GÉOGRAPHES

C’est sur leurs épaules et ils ne peuvent l’ôter. Ils ne peuvent même pas en parler sans être voués aux gémonies…. Alors, ils ont la parole honteuse et mesurée, ils avancent à bas bruit, ils se cachent derrière le vocabulaire et les statistiques. Comment peuvent ils dire ?

La géographie est inégalitaire.

Voilà, c’est dit. Et quand c’est dit, on fait quoi ?

Au pire, on se transforme en aménageurs pour trouver les rustines dont les gouvernements ont besoin.. Faire croire que le Progrès va régler les problèmes que le Progrès a ajouté aux conditions premières. On a un bel exemple en Europe avec les Pays-Bas. Rien que le nom, ça t’encourage pas à émigrer…Voilà quelques siècles qu’ils se battent contre l’inondation…Avec le Progrès général, le réchauffement climatique leur promet le bain de cul pour pas longtemps. Et donc, ils poursuivent, ils progressent, avec l’idée qu’ils vont gagner. Progrès contre Progrès… On verra….. Moi, je doute…mais c’est ma nature…

Le géographe, il peut pas dire que le natif du Mali risque plus de crever de faim que l’indigène de Normandie. Ou alors avec plein de circonlocutions. Vous verrez jamais un géographe parler cash. Dire : « Ben, c’est pas de pot, t’es pas né au bon endroit…. » C’est pas un hasard si les migrants du 18ème, ils viennent de la corne de l’Afrique et du Soudan du sud. L’Afrique est pas riche, mais l’Erythrée et le Soudan, c’est le pompon. Dis pas ça… Tu as tout de suite un zigue pour te dire « Oui, mais il a droit…. ». Oui, il a droit de crever ou d’émigrer. Les deux, parfois…..pas en même temps.

Ça, c’est le constat. Suit la question. Est ce que le fait d’être né dans un endroit merdique donne le droit d’aller ailleurs ? Surtout, si c’est chez moi….Moi, j’ai du bol, je suis né dans la plus belle région du plus beau pays du monde. Et  j’ai pas envie de partager .. Mais c’est pas bien ! Salaud ! Egoiste….

Oui..Egoiste. Et alors ?  Tu me fais la morale..Tu partages, toi ? L’égoisme, c’est le vilain nom de la survie. Avant de m’engueuler, dis moi ce que tu partages. Ton appartement ? Ta voiture ? Ta femme ? Ton boulot ? Tes économies ? Ben, tu vois. Ce que tu partages, c’est tes idées. Moi aussi. J’en ai pas trop, alors c’est facile. On peut avoir des postures, style BHL. Mais le partage, le vrai, personne n’y va. Même pas BHL…

La géographie est mère de l’égoisme Quand t’es Teuton installé dans le Mecklembourg-Poméranie, tu rêves de Provence. Tu tentes…Trois fois en moins d’un siècle mais ça marche pas. Et donc tu fais l’Europe. Moyen délicat et politique de mettre la Provence chez toi. T’es tranquille. Les fils de Pagnol, la Baltique, ils envient pas. D’ailleurs, personne n’envie. Mais tu viens d’annexer le pays où le citronnier fleurit sans que personne n’ait vu. Génial….

Le Provençal, il voit. Il assiste, impuissant, à la conquête de la lavande. C’est le monde nouveau. Le Provençal, il va trouver que Marine dit pas que des conneries. Peu à peu s’installe effectivement un monde nouveau. Un monde à rebours où les haines vont fleurir autant que le citronnier. Ho là ! Polop ! C’est pas ça qu’était prévu.

Le géographe, du coup, il est dans la merde. Alors, il cherche. Comme ce bon Augustin qui me sort la mésologie de sa manche. On a pas pu en parler, Augustin, mais la mésologie, j’adhère. Je pourrais t’aider à étudier mon milieu. On commencerait par l’impact des marées sur le territoire des évêques, histoire de poser le cadre de façon bien géographique. Juste pour dire que, chez moi, l’évêché fonctionne pas comme le décrit Florian Mazel. Normal, le Pays basque, c’est pas la Mayenne. On en viendrait vite à la singularité. On en viendrait à dire que la géographie n’a aucun caractère général..Peut être discuterions nous de l’influence vidalienne : et si les villes n’avaient aucun poids dans l’analyse des territoires ? Et si, prendre des villes pour fondement de l’aménagement était une erreur ?

Alors, on parachèverait la mort des géographes… Nous ajouterions l’impuissance à l’inégalité. On en a brûlés pour moins que ça…



On en reparlera…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire