jeudi 20 juillet 2017

LE RETOUR DE L’ARMÉE

De Gaulle, après le putsch avait réussi  se débarrasser de l’armée comme force politique. Ça a duré une cinquantaine d’années qui nous ont fait oublier cette vérité première : les militaires sont des citoyens comme les autres. Et, comme tels, ils peuvent juger de l’action du gouvernement. Voire s’y opposer comme n’importe quel syndicaliste ou zadiste nantais.

Ha ! mais non ! ils doivent obéir au chef des armées…..En principe, oui. Mais on obéit mieux à qui sait le sujet. Autour de De Gaulle qui avait quelques lumières, il y avait des pros : Chaban, Billotte, Messmer pouvaient montrer leurs états de service. On était entre pairs. Voilà quelques années que les gouvernements sont désespérément civils. Il n’existe aucune passerelle de communication. En écoutant Macron aujourd’hui, je pensais que la plupart des militaires que je connais devaient se sentir pris pour des cons. Et ça, c’est pas bon. Surtout que les militaires savent que les économies ne sont pas économes de l’essentiel : leurs vies.

Ce sujet, le retour de l’armée en politique, voilà longtemps qu’il est perceptible. J’avais commis un roman sur le sujet, refusé par de nombreux éditeurs, où je suggérais que le cursus de l’ENA ne puisse pas être complété sans une année de service militaire dans un régiment « action ». Je me suis fait accuser de sexisme. Il me paraissait pourtant évident qu’on ne peut pas gouverner sans connaître le poids de la chose militaire et que seuls ces régiments connaissent la guerre.

Quand on parle de militaires, il faut, bien entendu, compter les anciens militaires. Tous ceux, surtout sous-officiers, qui ont passé cinq dix, quinze ans sous les drapeaux, ont connu les théâtres d’opérations extérieures et sont revenus à la vie civile. Je n’ai trouvé aucune statistique sur leur nombre mais ils sont quelques milliers et eux ne sont tenus à aucune réserve ni à une quelconque obéissance.

Peu sont politiquement corrects. Certains ne sont franchement pas présentables. Mais ils sont là, plus nombreux que beaucoup qui tiennent le haut du pavé. Je pense souvent à mon copain Loulou qui me parlait de ses copains morts dans l’attentat du Drakkar. En 1983. Morts et jamais vengés. Peut être que c’est pas bien mais la vengeance est l’ADN des guerriers. Loulou, il estimaait que ses copains étaient morts pour rien. Pas pour la France. Pour rien. Et pour Loulou, la France, c’était pas rien.

Macron et ses copains énarques sont incapables de comprendre. Pour eux, l’armée est un simple poste budgétaire. Et ça, les militaires supportent pas. Bien entendu, les gradés de haut niveau peuvent donner le change.. Mais dès qu’on descend dans la hiérarchie, dans les rangs de ceux qui vont mourir, ça ne passe plus.

C’est qu’il existe un mental militaire. Un truc bizarre fait de nationalisme, de haine de l’ennemi, d’un zeste de racisme (c’est qui l’ennemi ? celui qui tue mes copains), d’un poil de rejet. Ce mental, on l’aime ou pas. Mais ça, on s’en fout. En avons nous besoin ? Avons nous besoin d’un groupe de citoyens prêt à mourir pour nous défendre ?

Mais ceci suppose que nous acceptions l’idée d’une menace. Si nous évacuons la menace, la réponse va de soi. Ce que nous n’aimons pas chez les militaires, c’est qu’ils nous voient menacés. Ils nous voient avec des ennemis alors que nous voulons que tout le monde nous aime.

On peut y croire….C’est vrai que quelques plaques de marbre ne grèveront pas le budget de la Défense..


On en reparlera….

Aucun commentaire:

Publier un commentaire