lundi 24 juillet 2017

PARLONS DES ECOLOS

Ça me revient et j’ai envie d’en parler… C’était dans les années 2000. Je faisais dans l’édition écologique, je publiais des livres d’histoire naturelle, pas d’écologie. Des trucs imbittables sur la mémoire chez les corvidés ou le relevé des espèces avaires dans la forêt de Fontainebleau… Nicolas Hulot soufflait dans son micro… Forcément, j’avais plein de copains dans les facs..et ailleurs. Comme Jean-Philippe Siblet. Lui, il était facteur. Quand je l’ai édité, qu’est ce que j’ai pas entendu !! C’est qu’il était pas dans le sérail, Jean-Philippe. Je vous rassure, il y est. Il gère la biodiversité au Muséum. C’est comme ça qu’on apprend qu’on a de la vista, qu’on sait juger les hommes.

Il y avait un problème en Guyane. Il fallait produire du propergol à Kourou pour servir de carburant à la belle Ariane. Jusque là, le propergol il naviguait de Bordeaux à Cayenne et tout le monde craignait le naufrage. Produire sur place devenait logique. Mais voilà, pour ça, fallait de l’électricité. Et donc, on a nommé une commission scientifique. Je me souviens, nous les herpétologues, on avait désigné Jean Lescure. Impeccable ! Vingt ans de travail sur l’herpétofaune guyanaise, CNRS, Muséum. Y’avait aussi Jean-Pierre Gasc, il me semble. Même profil.

Et donc, la commission scientifique, elle a conclu à la nécessité de construire une centrale nucléaire.. Hou là !!! La réaction fut à la mesure de la conclusion. Du nucléaire !! Alors qu’il n’y avait aucune centrale en Amérique Latine !! Z’étaient fous les universitaires. On a donc déplacé le problème du champ scientifique vers le champ politique et EDF a construit le barrage de la Sinnamary, plus connu sous le nom de barrage de Petit-Saut. Je me souviens de copains vent debout.. Comme ce cher Exbrayat, spécialiste européen des Cécilidés. C’est des sortes d’amphibiens apodes qui vivent dans l’humus de la forêt amazonienne. Mal étudiés les amphibiens et mal connus. Exbrayat, il avait calculé qu’on allait rayer de nos connaissances un beau paquet d’espèces mais, à l’époque, tout le monde se foutait de la biodiversité. Chaque spécialiste hurlait à la destruction du biotope pour ses petites bêtes

Mais, tu sais ce que c’est ? Quand tu fais traiter un problème par les ignares, tu as une solution qui plait aux ignares lesquels sont plus nombreux que ceux qui savent. Et donc, l’opinion publique, composée de même, donne raison aux cons. Lesquels, en l’occurrence, étaient peints en vert.

Vint ans après, on peut faire le point. En zone tropicale, sous l’effet conjugué de la chaleur et d’une abondante biomasse, les retenues d’eau agissent comme un réacteur à produire du méthane et autres gaz à effet de serre. Le barrage de Petit-Saut en produit autant qu’une centrale thermique. Ha oui ? Oui.

Le barrage a noyé 400 km2 de forêt tropicale. Ce qui a disparu, on ne sait pas, vu qu’aucun inventaire exhaustif n’avait été fait. Mais ce ne sont que des insectes, des amphibiens, des choses qui n’intéressent personne, et surtout pas Brigitte Bardot, l’icône ridée des mémères à chat. Y’a aussi des plantes, mais ça…Monsanto s’en fout. Du moins, c’est bon pour les poissons.. Même pas. Le préfet vient de limiter la pêche dans le lac de retenue. L’eutrophisation excessive a fait baisser la « ressource halieutique », comme ils disent. Sympa, pour les Guyanais qui vivent du poisson. En aval, la population piscicole a également baissé du fait du manque d’oxygénation de l’eau.

EDF avait organisé une belle opération appelée Arche de Noé pour montrer des mecs récupérant des mignons singes pelucheux et des oiseaux bellement coloriés. Ça fait du bien à l'image. Les mygales, on s'en fout.

Dernier point : le barrage ne suffit plus à assumer les besoins guyanais. Je vous rassure : malgré le désastre écologique constaté, ils n’envisageront même pas la solution nucléaire.

J’adore cette histoire….Elle marque bien la connerie dont nous sommes capables quand nous ne faisons pas confiance aux spécialistes formés par la République. Quand nous leur préférons les histrions formés à notre manipulation.

Et moi, je vais perdre quelques copains. Un apologiste du nucléaire, c’est quasi pire qu’un pédophile…


On en reparlera…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire