mercredi 13 septembre 2017

IRMA LA DOUCE


Il paraît que Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, aurait déclaré que, pour accélerer la reconstruction aux Antilles, il fallait alléger la réglementation.

C’est l’idée la plus conne de la semaine.

Aux Antilles, il y a deux dangers récurrents : les cyclones et les séismes. Ils ont du bol, les Antillais, les deux ne sont jamais survenus ensemble. Parce que c’est possible. Peut être pas au jour près, mais un beau tremblement de terre, trois jours après un cyclone, ça ferait mal. Et comme d’habitude on aura des journalistes et des politiques affirmer que c’est pas de bol.

Des cyclones, y’en a tous les ans, grosso modo entre aout et janvier. Grosso modo, parce qu’il y a quelques années Emmanuel (et donc le cinquième de l’année) a frappé en juin. Le cyclone n’est pas une science exacte. Et pourtant, c’est foutrement prévisible.

Donc, le petit frère d’Irma la douce, il se pointera dans un an, avec des vents à 250 m/h, et il foutra par terre tout ce qui n’aura pas été construit dans les normes. Et il y aura des trous du cul pour accuser la fatalité, ou la Nature ou le réchauffement climatique.

On est dans un vrai délire. Le seul bâtiment touché est la préfecure, bâtiment appartenant à l’Etat lequel se doit de montre l’exemple. A ce toit envolé, il y a forcément un coupable. L’architecte et son organisme de contrôle ? Les services techniques qui ont validé et choisi l’entreprise ? L’entreprise elle-même qui aurait (sait-on jamais ?) utilisé ce grand classique du grugeage, le sous-dosage du béton ? Si in fine, tout le monde a respecté les consignes, il reste le mec qui, à l’AFNOR a déterminé les normes. Lui, on est sûrs qu’il s’est planté. Il dira qu’il pouvait pas savoir alors qu’il est payé (grassement) pour savoir et qu’il a oublié ce vieux principe de constructeur « Trop fort n’a jamais manqué ». On peut imaginer qu’il a déterminé les normes pour aider à la rentabilité des entreprises du BTP avec lesquelles il a travaillé ou qui emploient ses copains de promo. Ça s’appelle le réseautage et c’est une des plaies de notre société.
Mais l’un dans l’autre, on est certains qu’il y a un coupable, qu’on peut l’identifier et le punir. Mise en danger de la vie d’autrui, c’est du pénal.

On ne règlera rien en baissant la barre Au contraire. Baisser les normes, c’est ouvrir la porte à d’autres catastrophes, à d’autres dégâts, à d’autres morts. Je vais donner une idée au Président Macron qui semble en manquer. Il devait de toute urgence créer un corps de contrôleurs sismiques qui iraient vérifier que les bâtiments antillais sont aux normes, surtout les plus récents. Vérifier avec compétence et sans céder un pouce. Et punir avec sévérité. En zone sismique avérée (ce qu’est l’arc antillais) ne pas respecter ces normes, c’est de l’assassinat pur et simple et la punition doit être à la hauteur du crime. Même si le coupable est.... Même. Surtout. Plus on pointe haut dans la hiérarchie, plus on est coupable car on a les moyens de savoir.

Et puis, c’est pas difficile de prévoir. Je me demande si on va pas se payer une nouvelle tempête historique en décembre. 1999, 2009, 2019 n’est pas loin. Ce sera une tempête tropicale en Gironde et en Vendée. Le système est simple. Une tempête comme Irma, elle se calme sur terre., l’océan ne lui sert plus de combustible. Après, elle dérive. Le plus souvent vers l’Est vu la rotation d la Terre et la force de Coriolis. Elle revient sur l’Océan où elle va pouvoir se recharger. Pas trop, l’eau est plus froide. Mais suffisamment pour venir taper Soulac-sur-Mer ou les Sables-d’Olonne. On n’a pas fini de voir des chouineurs sur les écrans.

Mais si ça arrive, faudra pas dire que c’est la faute à personne. Si moi, je peux vous expliquer comment ça se passe, c’est clair que le gouvernement bardé d’experts doit être au courant. Y’a même un ministre qui s’en occupe Il a fait quoi, lui, devant Irma ? Il a rangé sa planche à voile et interdit le diesel.On est vachement protégés.

Sans compter que si l’info est juste, Hulot, je m’attendais à ce qu’il prenne la parole et dise à l’autre « Arrête de dire des conneries » vu qu’a priori, il est le ministre de la protection à long terme et que les tempêtes, c’est dans sa valise.

Je regarde nos Présidents. De Gaulle, il était militaire et avait donc quelques connaissances géographiques. Pompidou, normalien, devait avoir quelques copains susceptibles de l’aider. Giscard avait pris avec lui Alice Saunier-Séité, jolie géographe (et ce n’est pas un oxymore), Mitterrand jouait finement de la rivalité entre Tazieff et Allègre.. Après, plus rien. La géographie disparaît du paysage intellectuel.


Et donc, on n’a pas fini d’en reparler……

Aucun commentaire:

Publier un commentaire