vendredi 2 février 2018

VIVRE SEUL

Acte 1 : QUINZE ANS

Dans la vilaine préfabriquée, Mr Delooz nous fait découvrir Platon. La caverne.

Emerveillement. Que nous dit Platon ? Que le monde est un leurre, que nous observons avec attention des ombres sur un mur en croyant que ce sont des personnages, alors qu’il s’agit de mannequins manipulés. La réalité est un théâtre d’ombres et nos sens nous trompent.

Miracle. J’ai quinze ans, des binocles depuis dix ans et je collectionne avec assiduité les premiers prix sauf en gymnastique. Quand on fait les équipes de rugby, personne ne veut de moi. C’est le temps où les lunettes condamnent au banc de touche dans le meilleur des cas.

Et voilà que l’un des plus grands penseurs de l’histoire me dit que je peux m’en foutre, que c’est un théâtre, que je peux passer derrière le miroir. Les sens se trompent.

Il faudra donc me forger d’autres outils, apprendre différemment, penser différemment, vivre différemment. Mais ce matin là, je n’y pensais pas encore.

Je savais seulement qu’il me fallait trouver des gens qui me voyaient différemment, qui me voyaient comme j’étais, pas comme une ombre sur la paroi de la caverne

Acte 2 : VINGT ANS

Je suis dans le bureau de mon Maître. Il a accepté de diriger ma thèse dont je n’ai même pas choisi le sujet. Il s’en fout. Il ne dirige pas un sujet, il dirige un étudiant.

Le combat de sa vie, ce sont les stéréotypes. Tous ces clichés dont on nous bourre la tête pour nous aider à penser. Pour lui, ce sont d’abord des leviers de manipulation. Il est sensible aux corps et donc, il s’en méfie. C’est son point faible, celui qui doit être protégé.

Il me dessinera un monde obsédé par les pouvoirs, pouvoir politique, pouvoir de l’argent, un monde qui cherche à me contrôler, à me glisser dans des cases où tout le monde peut se glisser.

Il m’apprendra à  chercher, à fouiller. Il ose des questions devenues banales aujourd’hui mais qui révolutionnaient la pensée en ce temps. Pourquoi utiliser une bimbo à poil pour vendre des voitures ? Sur quel levier appuie t’on pour me diriger ?

Les réponses et les mécanismes sont complexes. Pour comprendre, il faut lire, et relire, glisser vers la psychanalyse, surfer sur l’économie,  décortiquer les mots, traduire.

Chercher le non-dit tellement plus important. N pas s’arrêter aux mots, écouter l’intonation, décrypter la respiration. Il a écrit :

« Rien de plus émouvant qu’une voix aimée et fatiguée »

Percevoir tous les signes et décider ceux qui nous guident.

Acte 3 VINGT CINQ ANS

Il est petit, un peu surchargé par le goût des bonnes choses. Ministre et même Ministre d’Etat, Compagnon de la Libération, Général. Il m’a invité à déjeuner sur la suggestion d’un copain qui travaille avec lui et voudrait que je le rejoigne

« Guy m’a dit que vous étiez maoïste. C’est bien. Tiens je vais vous montrer des choses qui vont vous intéresser »

Il me sort une de ses photos avec un Chinois souriant que je reconnais ; Zhu Deh, l’homme qui a conduit l’Armée Rouge à Pékin. Puis une autre où il se marre avec Zhu En Lai. « Ce sont des amis » et il me tend un livre en ajoutant : « Lui, ce n'est pas un ami, on s’est vu seulement deux fois ». Le premier tome des Œuvres complètes de Mao en français avec une dédicace. C’est bien de Mao, la calligraphie est reconnaissable entre toutes, épaisse, un peu rustique. Leçon : ferme ta gueule, il te manque des signes.

Il a une idée fixe : créer quelque chose entre le marxisme et le capitalisme, une forme nouvelle qui échapperait aux vieux stéréotypes. Comme autour de lui, il n’y a que des gens de droite, il cherche des jeunes qui viennent faire la balance.

Avec toutes ses décorations et son CV, il reste un marginal, un mec à part. Une sorte de Cyrano avec une dignité qui semble de la morgue Et naturellement, curieux, je l’ai suivi. On a fait des trucs chouettes. La loi sur l’intéressement des salariés, par exemple. Jusqu’au jour où :
« J’ai serré la main du Général de Gaulle, du Président Senghor, du Président Mao et vous voulez que j’aille serrer la main du charcutier de la Grand’Rue ? » Ben oui, c’est ce que je voulais. Dans une campagne électorale, ça semble normal.

« Mon petit, s’ils ne votent pas pour moi, ce sont des cons et ils ne méritent pas que je les représente ».

Je ne m’étais pas trompé. Si on ne me choisit pas c’est qu’on ne me mérite pas.

Acte 4 : SANS AGE

Le rideau va tomber. J’ai passé ma vie à chercher à comprendre les faits, les mots, les hommes. Et moi, et moi, émois.

Ça ne sert à rien si ça mène à l’échec. J’ai passé ma vie à ne pas mettre en pratique ce que je comprenais.

Je veux croire que c’est par dignité. J’ai quitté le journalisme parce que je ne voulais pas prendre les gens pour des cons. Je me suis ruiné à faire des livres dont je suis toujours très fier mais qui n’ont attiré que peu de lecteurs.

Je reste seul fier et digne, comme un rocher dans la glauque mer des idées reçues et des sens victorieux. La glauque mer qui engloutira le rocher. J’ai gardé quelques amis de cette longue marche où j’ai appris que les imbéciles étaient sensibles au mépris, et même ils ne sont sensibles qu’au mépris.


La bétise pousse bien dans le terreau du groupe…. Elle s’épanouit, arrosée de babillage et d‘insignifiance. Il faut que j’apprenne à mon fils la solitude..mais je n’ose pas. Il n’est pas encore assez solide…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire