mercredi 7 septembre 2011

LES CONS A L’ŒUVRE

Sublime, le coup de la TVA sur les « parcs à thème ». Je sais pas vous, mais moi j’ignorais cette catégorie statistique. A priori, un parc à thème, c’est un truc où le bon peuple se précipite le week-end. Comme on dit chez moi, c’est une meusclagne. Une catégorie statistique. Mais une qui me fait bondir.

Parce qu’on y mélange tout. Une grosse fiente comme EuroDisney qui est juste un truc à recycler la merdique production de studios américains et la réserve de la Haute Touche qui, après avoir sauvé le Cerf du Père David, est en pointe sur les programmes de réintroduction de la Cistude d’Europe. Des foires à neu-neu du type de celle qui a été montée par Marcel Campion, vous savez, le gros naze qui bouzille la perspective des Champs-Elysées avec sa grande roue, des parcs Walibi, des mecs qui installent des toboggans aquatiques et de vrais bosseurs, des zoos avec des programmes de sauvegarde, des scientifiques qui bossent sur la biodiversité. Parler de parcs à thèmes en mélangeant tout ça, c’est confondre Bocuse et MacDonald ou Flaubert et Marc Lévy.

C’est pas comme ça que ça marche. Augmenter la TVA sur les entrées du zoo de Doué-la-Fontaine (par exemple), c’est mettre en danger la sauvegarde du loup à crinière argentin. Augmenter la TVA sur Eurodisney, c’est ne rien mettre en danger sauf les dividendes des actionnaires de Disney, s’il en reste. D’un côté un patrimoine commun à tous les hommes, de l’autre côté, rien.

Y’a pas eu un député pour avancer cet argument. Pas un. Pas un qui ait proposé de refaire la catégorie statistique et, par exemple, d’exonérer de TVA tous les parcs à visée scientifique avec des implications dans des programmes européens, et de filer la TVA du luxe à tous ces parcs qui ne servent à rien. Parce que, au cas où vous l’auriez oublié, le luxe, c’est ce qui ne sert à rien.

Ho ! et les emplois ? Quels emplois ? Des jobs sous-payés avec des conventions collectives léonines ? C’est un emploi de coller un costard de Mickey Mouse à un mec qui va suer comme un damné en faisant le con pour quelques misérables euro ? C’est ça l’avenir de l’emploi en France ? Tirer vers le bas, encore et toujours ?

Ça fait des années que ça dure. Des années qu’on mélange tout. Il a fallu attendre 2005 pour que les partitions de musique aient droit à la TVA réduite. Jusque là, un livre porno soft merdique était considéré comme un bien culturel et pas une partition de Brahms. OK, ça s’est arrangé. Moi, je trouve pas. Vu que je n’arrive toujours pas à considérer que les mémoires d’un basketteur soient un bien culturel.

En général, quand j’en arrive là, le mot « mépris » arrive dans la conversation. Alors que c’est juste le contraire. Une mesure qui permet à tout un chacun d’accéder au savoir à moindre coût n’est pas une mesure méprisante. A l’opposé, une mesure qui mélange le bon grain et l’ivraie et permet de faire croire que l’on accède au savoir alors qu’il n’en est rien, est une mesure trompeuse, c’est à dire méprisante. Tout simplement parce que tromper l’autre, c’est le mépriser.

Parce que, bon sang de bois, on a les moyens de discriminer. OK, discrimination, c’est pas bien. Donc, on a les moyens de diagnostiquer. C’est pareil. Dia-gnose, c’est opposer deux savoirs, étymologiquement. On a les moyens de savoir si un « parc à thème » est un instrument de connaissance ou une simple foire à neu-neu. On peut parfaitement affirmer qu’un parc aquatique n’a rien à voir avec l’écologie vu qu’un parc aquatique, au contraire d’un zoo, ne peut pas contribuer à la sauvegarde d’une espèce : on attend encore qu’un orque se reproduise dans un parc aquatique. Je parle d’espèces marines, ça va de soi.

Ouais, mais « les gens » ont pas envie de se faire chier le week-end. Ils préfèrent les toboggans à eau que la biologie du Martin de Rothschild. C’est leur droit. Tu vas pas les pénaliser pour ça ? Et pourquoi pas ? Taxer la facilité, c’est un bon plan pour favoriser l’égalité, non ? Préparer la visite d’un zoo, lire un peu pour répondre aux questions des mômes, c’est du boulot. Que ce boulot rapporte ne me gêne pas. Le mec, il veut pas s’emmerder pour le savoir de ses gosses, alors il paye. Il peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre.

Bon, Eurodisney a gagné. Encore. Ratatouille reste un bien culturel. Faut dire qu’on a un Président qui visite plus facilement Eurodisney que le Parc de Clères. Faut dire que le Parc de Clères appartient au MNHN, c’est à dire à l’Etat, et que notre Président préfère le CAC40 que les biens nationaux. A moins qu’il ne confonde Clères et Clèves.

Nous n’avons pas les mêmes valeurs.

On en reparlera….

Aucun commentaire:

Publier un commentaire