dimanche 11 septembre 2011

NICE ET LA FRANCE

Je me marre. Ce week-end, y’a une sorte de combat des chefs à Nice entre Marine Le Pen et Christian Estrosi pour savoir qui est le plus Français des Français.

C’est vachement symbolique, je trouve. En termes historiques, Nice est quand même la dernière ville à avoir rejoint la République. En 1860, pour être précis.

Pour parler clairement, quand Nice devient française, Alger est déjà française depuis 1830. Ben oui, les Algériens, ils étaient Français avant les Niçois. Je parle même pas des Antilles. La Guadeloupe et la Martinique, elles sont françaises depuis 1635. Si, comme le disent les beaux parleurs, une Nation c’est une communauté de destins, le destin des Niçois, il est pas très vieux, communautairement parlant.

Pendant la Révolution, acte fondateur de la Nation française moderne, les Antilles lèvent et entretiennent quatre régiments. Nice nous offre Masséna, maréchal corrompu, pillard et concussionnaire, Italien et donc mercenaire. Y’a mieux comme participation au destin commun.

Quoiqu’en ait dit ce brave Dumas, Antillais et écrivain français (aussi français que Max Gallo, Niçois), c’est pas toujours terrible de violer l’Histoire. Il ajoutait « à condition de lui faire de beaux enfants ». Les enfants de Le Pen et Estrosi, je les trouve pas très beaux. Ils naissent avec la haine.

Les Niçois, ils ont un fonctionnement religieux. Dans toutes les religions, les plus prosélytes, c’est les derniers convertis. Il faut qu’ils rattrapent le temps qui leur manque. Moi, j’attends qu’un Karim quelconque rappelle à Estrosi que sa famille était française avant la sienne.

Bon, j’exagère. Alger était française mais les Algériens étaient pas Français, ils avaient le statut d’indigènes. Là, on est dans le droit stricto sensu. Ça arrange Estrosi. Mais enfin, Alger a fêté le 14 juillet avec un beau défilé militaire avant Nice, ça ne manque pas de sens, je trouve.

Faut faire gaffe avec les arguments historiques : ils peuvent te revenir à la gueule comme des boomerangs idéologiques. L’Histoire des communautés humaines est très complexe, que la communauté soit juste un couple ou une Nation. On se marie, on divorce. Après, on argumente. On choisit une date contre les autres, on met en valeur une situation contre une autre, on truque, on triche, on mélange, on se justifie, on choisit ses intérêts, on se protège, on se défend, on attaque.

Moi, personnellement, quand je vois Marine Le Pen vénérer Jeanne d’Arc, j’enrage. Cette Pucelle (déjà, j’aime pas trop), elle a envoyé Dunois reprendre Bayonne aux Anglais. Et tu sais quoi ? Quand on était Anglais, on était exonérés d’impôts. Totalement. Tu trouves que c’est une victoire, toi ? Tu trouves que c’est à fêter ? Le premier truc que fait Charles VII, c’est construire un château qui domine la ville et permet de taper sur les Bayonnais quand ils refusent les impôts. Parce qu’ils refusent dans un premier temps. Après, tu peux toujours raconter des conneries. Tu peux dire que c’est vachement bien de payer des impôts. Tu peux dire que tous les Français ont communié dans un même sens, tellement heureux de plus être Anglais. Faut y croire quand même…..

Remarque, à Bayonne on est pas les seuls. Lille, Arras sont françaises depuis Louis XIII. Perpignan depuis Louis XIV. J’ai envie d’écrire Strasbourg depuis 1918, mais là, je ferais hurler. Déjà dire que Pointe-à-Pître était française avant Perpignan….

Ce serait marrant de faire un florilège des arguments à la con. Une sorte de Dictionnaire des Idées reçues.

On en reparlera….

Aucun commentaire:

Publier un commentaire