vendredi 2 mars 2012

BAYONNE EN FETE

Hé bé ! Plus violent à Bayonne qu’à Florange ! A Bayonne, on n’a pas entendu de « casse-toi pauvre con » ni de « descend si t’es un homme »…

Par contre, on en a entendu, des approximations et des à-peu près.

Contrairement à ce qu’on vous raconte, l’enfermement du candidat-Président n’a pas eu lieu dans le quartier très nationaliste du Petit-Bayonne, mais dans le quartier historique du Grand-Bayonne, autour de la Cathédrale. Rive gauche de la Nive et pas rive droite. Quartier plutôt bourge, commerces de luxe et antiquaires.

Quartier médiéval et donc rues étroites. Difficile de se déplacer. D’autant que les cons qui ont organisé le déplacement avaient choisi le Bar du Palais pour que Nicolas prenne son café. Or, le Bar du Palais, adossé à la Cathédrale est un piège. C’est un petit rade sympa qu’on bloque avec dix personnes. Et y’a pas de sortie de secours. Le Nicolas, on l’a collé dans une souricière. Tu regardes l’itinéraire, c’est à mourir de rire. Il descend de voiture au bord de la Nive. Là, y’a un peu de place, ça va encore. On lui fait monter la rue Poissonnerie, ça devient plus raide. Cette rue, avec dix personnes, tu la bloques. Et quand t’arrives en haut, c’est pire. Un petit crochet à droite et le piège s’est refermé. Les manifestants, ils avaient pas besoin d’être une foule. A cinquante, ils bloquaient le quartier. Une rue comme la rue de Luc, tu la fermes à quatre personnes. Et une fois que c’est fait, si tu veux faire venir les CRS, c’est pas gagné. L’intervention, ce sera pas une intervention d’urgence.

Je ne comprends pas comment le sous-préfet a validé un tel déplacement dans de telles conditions. Dans des rues étroites, avec des maisons hautes (5 à 6 étages) d’où un voisin mal intentionné pouvait envoyer sans peine un projectile sur la tronche du Président le plus impopulaire du siècle. A moins qu’ils aient eu l’idée de faire un martyr.

La manif, on y a surtout vu des membres de Batera. Batera, c’est un regroupement de chefs d’entreprise et d’élus locaux, des mecs bien sous tous rapports, qui demandent la création d’un département basque. Pas l’indépendance, pas l’autonomie, juste une modification administrative qui ne met pas en péril la République. Le plus gonflé, c’est le PS qui se joint à Batera. Le département basque, il a été promis en 1981 par Mitterrand qui s’est empressé d’oublier sa promesse. C’est un lourd contentieux entre les Basques et le PS. Autant dire que Batera et le PS dans la même manif, c’est vraiment un pâté de carpe et de lapin.

Moi, j’étais content, on a parlé de ma ville. Même sur I-Télé, le matin mais sans les commentaires de la jolie Maya Lauqué dont la maman est pourtant adjointe au maire de Bayonne et pilier local de l’UMP. Remarquez, son papa est responsable du tourisme au Pays basque. J’espère que c’est pas lui qui a fait l’itinéraire du chef de sa femme.

Bon, si vous voulez des informations précises, demandez-moi. C’est plus simple.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire