jeudi 16 mai 2013

LE CAS HUZAC (2)

Bon, il se représente. Toute la classe politique hurle à la honte, à l’indécence, à je ne sais quoi.

La classe politique ne montre rien d’autre que le gouffre qui la sépare du peuple, le peuple réel, le peuple qui vote. Tous ces grands couillons parlent pour leur image, pour les médias et le peuple se marre.

La vérité, c’est que le peuple se fout totalement des condamnations. Il a réélu Melick, Emmanuelli, Juppé, Tiberi et bien d’autres qui trainent à leurs fesses un paquet de procès, de condamnations, un gros paquet de casseroles dont il n’a rien à foutre.

Il cherche quoi, le peuple ? Un mec qui les défende et il se dit qu’un mec qui sait défendre ses intérêts saura défendre les siens. Il voit Cahuzac comme un gros malin, ou comme une mec intelligent qui gère bien son pognon. Et, par voie de conséquence, il en déduit qu’il saura bien gérer les affaires de la collectivité.

C’est pas bien ? C’est pas moral ? Parce que tu crois que la démocratie, c’est moral ? Ça devrait l’être, mais ça ne l’est pas. C’est comme ça. Hitler a été élu démocratiquement. Et bien d’autres.

La morale, personne n’en veut pour soi. Tu ne convoiteras pas la femme de ton voisin, ça veut dire « Touche pas à ma gonzesse, mais moi je veux bien baiser la tienne ». La morale, c’est pas naturel. Alors, si tu veux un régime vraiment moral, faut sortir la grosse trique. L’arsenal répressif comme disent les bien-pensants.

Et puis la collectivité qui vote, c’est pas la Nation. Dans un scrutin national, Cahuzac, il se ferait bouler. A Villeneuve-sur-Lot, il va passer les doigts dans le nez. Parce que les électeurs le connaissent. C’est quasi un copain. Et un copain, on lui pardonne. Même toi qui hurle à l’indécence, si Cahuzac était ton copain, tu le trouverais pas vraiment indécent. Tu dirais « Oui, bon, ben, il a fait une connerie » en montrant bien que le reproche, le vrai reproche, c’est d’avoir été pris.

A Villeneuve-sur-Lot, la plupart des gens se souviennent d’une poignée de mains, d’un mot gentil sur la santé des gosses, d’un coup bu ensemble. Faut bien le dire : la fraude fiscale, ça tient pas la route face à un verre de Plaimont bu avec le député.

Le problème des électeurs du Lot-et-Garonne, c’est pas la fraude fiscale. C’est les exploitations qui ferment, le cours de la tomate qui vacille, le chômage qui monte. S’ils ont le sentiment que Cahuzac peut les défendre contre ça, ils vont voter pour lui. Massivement.

D’autant plus massivement qu’il a été viré par Hollande et que Hollande ne les défend pas. Situation géniale, faut bien le dire. Cahuzac, il se paye une image de gauche sans faire partie de la gauche impuissante. Il est du côté de tout le monde. Les électeurs de droite le comprennent : s’ils pouvaient frauder, ils le feraient avec joie. Les électeurs de gauche, confusément, ils se disent qu’un mec lourdé par des incapables, il doit être capable.

Alors, la morale ? Ben, c’est à géométrie variable, comme le reste. La morale de chacun, c'est celle qui défend les intérêts de chacun. Il paraît que les sondages le donnent gagnant Cahuzac. Indécent dans le pays, gagnant chez lui. Ça montre deux choses.

Un, le territoire national n’est pas l’agrégation de multiples territoires locaux. C’était peut-être vrai sous la Troisième République. Ça ne l’est plus.

Deux, la province n’est pas la capitale. Tout les sépare, à commencer par les relations humaines. Et ce qui est vrai dans un studio télé parisien ne l’est plus sur une place du marché de Gascogne.

Cahuzac l’a bien compris. A Paris, on lui tourne le dos, à Villeneuve-sur-Lot, on lui serre la main et peut-être même qu’on lui tape sur l’épaule en le plaignant.

Avant de cogner sur Cahuzac, on devrait réfléchir. Pourtant, on le sait depuis longtemps : « Vérité au-delà des Pyrénées…. »

On en reparlera…..

Aucun commentaire:

Publier un commentaire