lundi 9 septembre 2013

ALLAH ET ALAOUITES (2)

Il faut donc revenir à la Syrie, ancien protectorat français, ne l’oublions pas, puisqu’aussi bien, il semble acquis qu’on va s’en mêler. Profitons-en pour lire cette superbe lettre d’un ambassadeur retraité à François Hollande (http://tunisitri.wordpress.com/2013/09/07/syrie-la-lettre-dun-ancien-ambassadeur-de-france-a-francois-hollande.html) au détour de laquelle on pêche l’information cachée que l’Arabie Saoudite aurait fourni des armes chimiques à la coalition anti-Bashar. Vrai ou faux ? Je suppose que l’ambassadeur, professionnel de la chose, a vérifié.

Je doute hyperbolique, façon Descartes. Le consensus est trop large. Quand tout le monde désigne un coupable, je doute, surtout quand les preuves fournies sont minces et, peut-être, forgées. Voilà deux ans que les médias désignent Bashar, comme ils désignaient Saddam et Mouammar. Ou le shah d’Iran. A coup d’images essentiellement, d’images d’enfants gazés ou de blessés bien saignants. En nous prenant aux tripes. C’est ça qui me fait douter, qu’on essaye de me prendre aux tripes. Qu’on refuse de m’expliquer, qu’on m’assène une coalition sans m’expliquer soigneusement qui en fait partie et qu’on me donne comme seule motivation le bonheur du peuple syrien. J’écoute le discours et j’ai le sentiment qu’on me berlure. Jamais, on ne me présente de partisans de Bashar. Jamais. Or, il en a. Pourquoi ne jamais leur donner la parole ? Juste que je me fasse une idée plus précise. Bon, j’ai quelques copains, syriens et partisans de Bashar, ça m’aide.

Il y a deux ans, j’écrivais ça : http://rchabaud.blogspot.fr/2011/11/allah-et-alaouites.html. Fondamentalement, j’ai pas changé. Faut dire que mes copains syriens, ils sont majoritairement chrétiens, alors ils balisent sec. Et donc, je suis un peu partisan aussi. C’est rigolo, un laïc comme moi en train de défendre une religion. Ouais, mais en face, c’est une autre religion. Et vachement plus prosélyte. A tout prendre, je préfère ceux qui essayent pas de me convertir. Et avec qui je peux partager un Saint-Emilion. J’aime pas les abstinents. On commence par s’abstenir de vin, on finit par s’abstenir de vivre.

Je doute. Le Qatar et l’Arabie saoudite, gros clients bien gras, bien riches, soutiennent la coalition. Et si les principes humanistes cachaient une grosse envie de business ?

Je doute. Israël a peur d’un axe chiite qui va de l’Iran au Hamas. Israël doit penser que les sunnites sont plus fréquentables. Attends un peu, Israël, et tu verras. Et si les principes humanistes cachaient un jeu diplomatique avec des intérêts cachés ?

Je doute. Poutine et Xi Jiping font profil bas. Poutine, un peu moins. Quand la Chine se tait, je doute. Qu’est ce qu’ils nous préparent ? Et si la Syrie venait remplacer la Corée dans le jeu stratégique (http://rchabaud.blogspot.fr/2013/04/la-coree-et-la-crucifixion.html) ?

La cerise sur le gâteau, c’est quand je vois arriver Kouchner sur les plateaux. Kouchner, le gros menteur qui affirme qu’il est quasi l’inventeur du devoir d’ingérence alors que le premier à l’avoir théorisé, c’est Léon Blum, dans A l’échelle humaine (Gallimard). Mais Léon Blum passe plus à la télé, alors…

Et puis j’aime pas le mot de Hollande : punir. Mais pour qui il se prend ? Punir. Il est l’instit’ du monde ? Qui lui a donné le droit de « punir » ? Il y a des états-maîtres et des états-élèves ? Depuis quand ? Il met Bashar au piquet ? Pourquoi pas Merkel ?

Rien que ce mot prouve que l’argumentation est faible, médiocre, anorexique. (Trois adjectifs, Proust serait content). Où est l’intérêt de la France dans une « punition » ? Il oublie que c’est pour ça qu’on l’a élu, pour préserver nos intérêts, pas pour se construire une image de chevalier blanc à l’usage des médias. Finalement, je regrette.

Et puis cette idée de mener une guerre « propre » avec des « frappes chirurgicales ». Tu crois que Bashar, il a pas des missiles capables de nous flinguer quelques pilotes ?

On n’a pas fini d’en reparler…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire