mercredi 7 janvier 2015

SALAUDS DE MODÉRÉS

Ça recommence. Deux salopards majuscules hyper-entrainés montent dans Paris une opération de commando et tuent douze personnes au nom d’Allah, le Grand, le Miséricordieux…

Et voilà qu’on entend, pour la énième fois, les mêmes paroles lénifiantes, les mêmes sottises majuscules. D’abord, tous ceux, politiques ou pas qui chouinent qu’il faut éviter « l’amalgame ». Attends un peu. Moi, j’amalgame pas. Y’a des zélateurs d’une religion qui flinguent, je pense que cette religion autorise, voire favorise l’assassinat. L’amalgame, c’est eux qui le font en déclarant : on flingue parce qu’on est musulmans. Car le vrai sens de leur message, c’est ça… On tue au nom de notre Dieu.

Alors, on nous sort les musulmans présentables. Dans ce rôle récurrent le recteur de la Mosquée de Paris et l’imam de Drancy. Eux, ils prennent l’air désolé pour vous expliquer que c’est pas le bon Islam, celui dont ils sont détenteurs. Non. Les tueurs sont de mauvais Musulmans, des qu’on rien compris au Prophète.

Enfoirés ! C’est trop facile. Je vous ai expliqué le truc. Dans l’Islam, il n’y a aucune autorité supérieure. Et donc les lamentation des modérés n’ont aucune valeur et aucun intérêt.

Les modérés autoproclamés, ils auraient pourtant des solutions pour être crédibles.

Par exemple lancer des fatwas. Bon, ça pèse pas grand chose, mais ce serait déjà ça. Voilà trente ans que Salman Rushdie se planque à cause de ça.

Par exemple déclarer que, eux, à titre personnel, ont décidé de collaborer avec la police et les services de renseignement français auxquels ils transmettront toute information susceptible de faciliter l’arrestation et la mise hors d’état de nuire de terroristes éventuels ou présumés.

Demander à leurs fidèles et à tous ceux qui suivent leurs prêches d’en faire autant.

Bref organiser l’Islam « modéré » comme une machine de guerre et bien marquer la différence entre les Musulmans républicains et les autres. Au prix de la délation si nécessaire. Il ne s’agit pas de dénoncer des « frères ». S’ils sont sincères, ceux là ne sont plus leurs frères. A moins q'ils soient encore un petit peu leurs frères. Vu que les méchants Musulmans quand ils tuent, c'est jamais d'autres Musulmans. Ça veut dire quelque chose, non ?

Je suis bien tranquille. Ils ne feront rien. Juste chouiner et donner ainsi à tous ceux qui ont peur d’une guerre, qui ont peur de leur ombre une occasion en or de respirer un grand coup et de te donner des leçons d’humanisme.

Même ce cher Malek Chebel va vouloir rester présentable. Arrête, Malek, les ponts sont coupés. Tu devrais le voir, t’as oublié d’être con.

Tout ceci on l'a déjà évoqué. Ici.

Depuis le Grand Duduche (Pilote..mâtin quel journal !) Cabu était devenu une sorte de grand frère pour moi. Aujourd’hui, l’Islam me m’enlève.

Oui, l’Islam. Peut être le mauvais Islam, mais quel moyen ai-je de le savoir ?

On en reparlera..

PS : ce texte a filé tout seul où bon lui semblait. Je voulais aussi parler des centristes, des doux, des tendres, de ceux qui à force de rester le cul entre deux chaises finiront par se retrouver par terre… De tous les imbéciles qui, pour lutter contre la religion qui n’est rien d’autre qu’un bouquet de symboles, brandissent d’autres symboles, des bougies et des phrases aussi cons que le Ich bin ein Berliner de JFK… Ben non, stupide, t’es pas Charlie. Parce que tu es vivant et que tu ne cours aucun risque…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire