mardi 24 octobre 2017

LE PRIVÉ, CE LUMPEN-PUBLIC

C’est l’idée la plus con du 20ème siècle qui n’en a pas manqué pourtant. Elle est née et s’est développée sous Giscard, le pire Président d’un siècle qui n’en a pas manqué non plus.

L’idée selon laquelle un pays devait être géré comme une entreprise.

Pour vouloir comparer et égaliser deux rapports au temps si différents, faut tout simplement être con. Certes, dans les deux cas, il y a des colonnes Plus et Moins, mais elles ne se remplissent ni ne se vident selon le même tempo. Et leurs impacts sont tout aussi différents.

Reprenons l’affaire qui nous a occupés à quelques reprises. Le monde s’enrichit et la France plait. Du coup, quelques hordes de Brésiliens et autres Chinois, sans compter d’innombrables Moldo-Valaques, veulent y touristiser et y dépenser leurs bitcoins. Mauvais, ça. Parce que ça commence à peser sur le travail des conulats. Alors, on externalise. On fait faire le boulot par des gens qui ne seront pas fonctionnaires, car le fonctionnaire, voilà l’ennemi. Externalisation décidée sous Hollande, Ayrault étant ministre. Encore que j’y vois plutôt la patte de Fabius.

On s’entoure de précautions, on choisit la même société privée que les USA et l’Angleterre.  Société privée basée à Dubaï et donc de droit émirati.

Voilà !! Au moment où le danger essentiel est le terrorisme islamiste, on choisit de faire instruire les dossiers par une société installée dans un Etat qui accepte la charia.. Je pense à vous, mon cher colonel Matthieu. Vous devez en être chamboulé.

Ho !! Attention !! On vérifie, on est prudents. On fait des sondages. Moi aussi. Je peux indiquer des cas précis de dossiers frelatés. Forcément. Le client, c’est pas la France, c’est l’impétrant. C’est lui qui paye. On fait de belles économies. Certes, derrière, faudra ajouter des sous au Ministre de l’Intérieur, voire à la Défense. Pas grave, c’est pas le même budget. Parce que je suspecte que les trous, c’est pas la PAF. La PAF vérifie la légalité des visas mais comment peut elle savoir qu’un visa légal a été obenu par des moyens illégaux ?

Les vérifications, on sait comment ça marche. Y’a même eu des rapports qui disent que le niveau de fiabilité est correct. Non !! Le seul niveau acceptable est 100 % vu qu’un seul mec loupé, ça peut faire un joli paquet de morts. Mais voilà : les fonctionnaires du Ministère s’autocongratulent. Ils délivrent plus de visas en dépensant moins de fric.. Et donc, on les félicite, comme on féliciterait un charcutier ayant vendu plus de saucissons avec moins de personnel.

La discussion récurrente sur le déficit de la Sécurité Sociale pourrait aussi être mené de manière proche. On pleurniche sur la montée des examens complémentaires. Plus l’examen monte, plus le trou descend. Je suis seulement un observateur extérieur mais j’ai le sentiment que la dégradation de l’enseignement clinique n’y est pas étranger. J’ai un seul marqueur, le temps passé en consultation comme patient. Quand le vieil Odon Richard m’examinait, je passais rarement moins de trois-quarts d’heure avec lui. On parlait, il me faisait tirer la langue, marcher, tousser. J’étais examiné, au sens plein du terme.

Voici quelques mois, j’ai du me fâcher avec un praticien hospitalier, sympathique et chef de service, en refusant de répondre à ses questions, rédigées comme un QCM et lui rappeler que j’étais un patient, i.e. un être unique et pas le membre d’une cohorte statistique. On se voyait pour la première fois, il ne savait rien de moi et son questionnaire ne visait pas à me connaître mais à me ranger dans une case prédéfinie. Et ça, c’est insupportable. J’ai passé trop de temps à m’isoler du troupeau pourqu’on m’y remette sans effort.

Et donc la conversation a glissé vers la gestion du temps. Vous savez combien je vois de patients ? Le temps à consacrer à l’administration ? Bien entendu, ce n’était pas le sujet. Mais les petits gestionnaires merdeux avaient réussi à remplacer dans son cerveau les grands cliniciens de sa spécialité. Pour un médecin, le temps ne doit pas exister : une erreur de diagnostic conduit inéluctablement à l’éternité qui supprime le temps lui-même.

Les petits gestionnaires merdeux sont incapables de comprendre, et même de calculer, cette évidente vérité. Un bon examen clinique diminuera le nombre d’examens complémentaires. C’est pas dans la même case, mais c’est lié. Ouais, mais qui jugera les compétences du clinicien ? Ses pairs et eux seuls. Ce n’est pas mesurable. Cher Enarque de merde, souvenez vous que la médecine n’est pas une science, mais un art libéral. Il y faut du talent, de la fantaisie, parfois un peu de vulgarité. Et ça ne se mesure pas. Il y a quantité de choses qui ne se mesurent pas. Le talent en fait partie ce qui désole les énarques du Ministère de la Culture. J’ai souvenir de l’un d’entre eux qui jugeait les peintres contemporains à leur côte en salle des ventes. Il a même écrit que Garouste était le seul peintre français de talent car il faisait (en ce temps) partie du Top 20 des cotations mondiales. Heureusement qu’il n’avait pas connu Van Gogh.

La gestion de l’entreprise, c’est ça. Tout doit être mesuré, quantifié et les résultats doivent pouvoir être glissés dans un graphique que comprendra la Bourse. Mais l’Etat qui s’intéresse à la justice ou à la santé des citoyens, c’est pas ça. Ça ne peut pas être ça. Peut être qu’il vaut mieux augmenter substantiellement le coût de la consultation qu’on ne contrôle pas vraiment et que le budget de la Sécu s’en trouvera mieux. Comme c’est lié à la formation des cliniciens, il faudra du temps pour s’en rendre compte et le décideur ne pourra pas s’en glorifier. On s’en fout !!! Pas lui.

Evidemment qu’ils sont tous d’accord. Ils ont tous le même cadre de pensée. Ils passent sans hésiter du Public ou Privé et pensent que le boulot est le même. Ils jouent. On a quand même des marqueurs. Statistiques. Quand j’ai passé le bac, un élève sur deux était recalé. En faisant monter les courbes a t’on fait monter le niveau ? Et ce fut rapide : souvenez vous de Sardou et du bac G..


Et bien aujourd’hui que l’alphabet des bacs possibles est quasiment complet, on s’aperçoit qu’il faut reprendre la formation des jeunes. C’est pas le même budget … dit le toqué d’analyse. Qui ne voit pas qu’analyse diachronique ce n’est pas analyse synchronique et que demain n’est jamais la poursuite des courbes d’aujourd’hui.


On en reparlera…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire