lundi 10 juin 2019

LA TURQUIE, LA DIGNITE ET LE SENS DE L’ETAT

40 000 Turcs sifflent la Marseillaise.. Ça a du sens. C’est notre hymne, un pan de notre Histoire. Siffler la Marseillaise, c’est siffler la France.

Le Président  dzveait être la France. Siffler la Marseillaise, quelque part, c’est siffler Macron.. On peut imaginer que Manu n’aime pas qu’on le siffle. Comment va t’il réagir ?

Jugeant qu’il s’agit seulement d‘une histoire de foot, il charge le Prssident de la Fédération de protester auprès des autorités footbalistiques turques. Comme si c’était une histoire de maillot ou de taille de vestiaires. C’est l’enterrement de première classe d’une injure nationale.

Alors moi, je pense à Louis de Guiringaud. Tout le monde l’a oublié. A la fin des années 1970, il est le Ministre des Affaires Etrangères de Raymond Barre. Il arrive en Tanzanie pour une visite officielle. Le jour de son arrivée le gouvernement laisse se déployer une énorme manifestation contre la France. Alors Guiringaud annule la visite et reprend l’avion. Si tu veux jouer au con, je peux être aussi con que toi. Principe diplomatique.

Un gouvernement a en charge l’ordre public dans les lieux publics. C’est Erdogan qui porte la responsabilité des sifflets, pas la chef du football turc. La police pouvait arrêter le match et évacuer le public. Le gouvernement turc n’est pas connu pour son excessive mansuétude.

Si Manu avait tant soit peu le sens de l’Etat et de la grandeur de son pays, il rappellerait l’ambassadeur à Ankara et réduirait l’activité de l’ambassade au minimum. Dans le même temps, il pourrait demander à l’Europe une mise en sommeil des discussions avec la Turquie sur l’intégration européenne. Quand les Turcs sifflent un pays fondateur de l’Europe, ils expriment leur souhait de ne pas être européen. Et il exigerait d‘Erdogan des excuses publiques et télévisées. Il aurait une attitude en rapport avec l’humiliation subie.

On me dit : ouais, bon, on va pas mettre en péril notre commerce avec la Turquie pour quelques hooligans qui déconnent. Dire ça, c’est admettre que notre dignité est à l’encan, c’est admettre que les factures pèsent plus que la Nation. C’est admettre que la politique étrangère de la France dépend du MEDEF.


Un pays n’est pas grand parce que son commerce est grand. Un pays est grand quand il est craint : qu’il me craignent s’il ne m’aiment pas reste un bon principe diplomatique. La Turquie nous humilie, faisons payer l’humiliation.. Testons nos amis. L’Allemagne a des rapports privilégiés avec la Turquie ? Ha bon ? L’Allemagne doit choisir son camp.. Sans ça, à quoi ça sert l’Europe ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire