dimanche 24 avril 2011

MENSONGE PAR OMISSION

C’était, jadis, une grande question théologique : mentir par omission, est-ce mentir ? Les Jésuites répondaient « Non ». Quand on ne dit rien, on ne ment pas. Ça semble logique. C’est cohérent avec la pensée jésuite, celle qui imbibe le fonctionnement de nos dirigeants.

Je pensais à ça en écoutant Claude Allègre. Excellent scientifique et salopard majuscule. Allègre est un immense menteur par omission. Il parlait du pétrole et des gaz de schiste. Avec un argument en béton : c’est une réserve incroyable qui va nous permettre d’avoir du pétrole pour un siècle au moins. Il te dit ça, tu t’écrases. Un siècle de réserves de plus, c’est pas rien. Faut savoir faire des sacrifices. On va un peu polluer, mais on aura de l’essence pour l’auto. De l’essence nationale. Paf ! un bras d’honneur aux Arabes qui arrêtent pas de faire des révolutions rien que pour nous empêcher d’aller en week-end dans le Perche.

Y’a qu’un truc qu’il disait pas, Allègre. C’est que ce pétrole, il va nous coûter les yeux de la tête. En ce moment, pour remplir le réservoir, tu fais un trou et tu pompes. C’est une technique bon marché. Les trous coûtent cher mais tu pompes beaucoup. Avec le pétrole de schiste, autre musique. Faut injecter, casser, fragmenter, diluer, récupérer. Les coûts d’exploitation sont énormes. Raison pour laquelle on ne l’exploite pas encore : face au pétrole conventionnel, le pétrole de schiste n’est pas rentable. On peut l’exploiter quand le prix du baril dépasse les 200 dollars. Et à ce prix là, le litre à la pompe va dépasser les 3 euro.

En clair, le pétrole de schiste, c’est pas pour toi. On te fait croire ça pour pas que tu t’opposes aux permis d’exploitation. Toi, tu vas penser à tes vacances ou à chauffer ta maison. Bernique ! Au prix qu’il va sortir, le pétrole de schiste, t’as intérêt à passer tout de suite à la voiture électrique. En clair, il est pas pour toi. Mais ça, Allègre, il se garde bien de le dire.

Je te rassure : la pollution et les emmerdes, ça va être pour toi. La technique utilisée qui consiste à fracturer la roche pour en extraire le précieux liquide, elle est loin d’être parfaite. C’est facile à comprendre : la craquelure, on sait pas trop comment elle fonctionne. En fissurant, on touche à plein de trucs dont les nappes phréatiques. Tu me diras, vu qu’elles seront à sec, ça va pas être trop grave.

Ce pétrole, il est pour l’industrie, notamment la pétrochimie, ceux qui fabriquent les plastiques tant utiles à notre vie quotidienne, les plastiques des jouets à vil prix, les plastiques des sièges des terrasses des bistrots, les plastiques des poubelles du tri sélectif ou des montures de lunettes, grâce à quoi tu peux avoir deux paires de lunettes pour le même prix. Comme t’auras toujours qu’un nez pour les poser, c’est de l’achat utile…

Mais, mééééh, me dira t-on, c’est bien pour l’industrie, bon pour l’emploi, utile à la sacro-sainte croissance. Quand le chœur des vierges, droite et gauche confondues, entonne le même cantique, je me mets à douter, c’est plus fort que moi. Je cherche qui tient le pot de vaseline.

C’est vrai que, dans le plastique, la part du prix de revient liée au pétrole n’est pas essentielle. Ça n’empêche que les prix vont augmenter. Si la matière première entre pour 5% dans le prix de revient et que son coût double, mécaniquement le prix de revient va augmenter de 5%. Le prix de vente aussi. Au minimum à cause du jeu des ratios et de la recherche de profits. On n’a pas fini de voir valser les étiquettes. D’ici à ce qu’un meuble en bois vaille pas plus cher qu’un meuble en plastique, y’a pas des kilomètres…

En fait, le pétrole de schiste, c’est un pari sur l’avenir de la pétrochimie. Y’a pas que les plastiques. Y’a les détergents, par exemple. Ben oui, quand tu lances une lessive, tu mets du pétrole dans le tambour. Enfin, un produit issu du pétrole, pas du savon de Marseille. Si tu enlèves les produits issus de la pétrochimie d’un grand magasin, tu le vides quasiment. Et donc, le pétrole de schiste, c’est un pari sur l’avenir de nos modes de consommation et un pari sur l’avenir de la grande distribution.

Ce qui est génial, c’est que tous ces gens-là nous polluent en surface. Ils détruisent les paysages, ils transportent, ils salissent. Avec le pétrole de schiste, en plus, ils pollueront le sous-sol. La totale. On vient de remettre un rapport au gouvernement. Les rapporteurs, ils demandent qu’on autorise l’exploitation pour expérimenter vu que les techniques d’extraction, elles sont pas trop au point. Tu parles ! Si le prix du baril explose, l’expérimentation, elle va pas durer trop longtemps.

Ce qui est génial, c’est que si on produit du pétrole, on va le transformer sur place. Question de coût. Et la pétrochimie, on peut pas dire que ce soit des usines fleuries et délicates et qui vont faire reculer l’effet de serre. Bref, on veut nous coller un changement majeur dans les dents, mais ça, Allègre, il se garde bien de le dire. Il ment par omission. Il utilise son statut d’Académicien des Sciences pour permettre au capitalisme consumériste de durer plus longtemps. Pour un socialiste, c’est pas joli-joli.

C’est juste reculer pour mieux sauter. Parce que le pétrole de schiste, il est pas éternel non plus. On est au moment où on devrait réfléchir un peu. A la durée des choses, par exemple. C’est très con de bourrer les jardineries de pots en plastique polluants et voués à disparaître alors qu’on peut utiliser des pots en terre et que ton fils utilisera encore. Et de l’argile, y’en a en France, qu’on extraie sans polluer. Pas besoin de pétrole pour faire des pots de fleurs. C’est très con d’acheter des meubles en plastique quand on a les plus grandes forêts d’Europe. Pas besoin de pétrole pour faire des tables. Seulement, voilà. On se refuse le droit d’interdire. Et ça aussi, c’est très con.

On en reparlera….

Aucun commentaire:

Publier un commentaire