mercredi 17 septembre 2014

LA MORSURE DES SANS-DENTS

Ils ont tous le mot « morale » à la bouche. Nous sommes en France : plus on parle d’un sujet, moins on en fait. Je vais en énerver plus d’un, mais j’aime bien les comparaisons. Entre deux partis au pouvoir, par exemple.

Jérôme Cahuzac, dont on ne parle plus guère, se promène tranquillement et réorganise sa vie. Il n’a pas fait grand chose : simplement frauder le fisc alors qu’il devait le gérer pour le bien de tous, mentir à ses électeurs et fouler aux pieds le socialisme qu’il était censé incarner. Au cas où vous l’auriez oublié, la fraude fiscale consiste à alourdir le fardeau des impôts pour l’ensemble des contribuables au profit d’un seul. On peut l’assimiler à un vol au détriment de la collectivité.

Bo Xilai, maire de Chonqqing, une des municipalités les plus riches de Chine, a fait grosso modo la même chose : il a puisé dans les caisses pour son enrichissement personnel. Il a volé la collectivité.

Jérôme Cahuzac est libre. Bo Xilai a été condamné à la prison à vie. Il ne demandera pas d’allégement de peine. Il a raison. Sa prison est assez confortable. Et tous ses biens ont été confisqués. S’il sort de sa confortable prison, il sera SDF. Personne ne lui tendra la main. Il a intérêt à se faire nourrir par l’Etat.

Deux poids, deux mesures. Je souligne pour tous ceux qui vont, dans les gazettes, se moquer du socialisme à la chinoise. Le socialisme, c’est d’abord une morale. Il me semble qu’en l’espèce, la morale s’est installée à Pékin.

Mes amis juristes se drapent dans les codes. Cahuzac est soumis aux lois. C’est bien le problème. Le code est le même quel que soit l’inculpé. Pas tout à fait cependant. Le responsable politique jouit d’une immunité alors même qu’il a un devoir d’exemplarité. Deux poids, deux mesures, mais certains sont mieux et plus protégés que d’autres. Drapé dans son écharpe tricolore, le député risque moins que le citoyen lambda. Et ne parlons même pas du Président.

Pour ma part, je ne verrais aucun inconvénient à ce qu’il y ait deux codes. Un pour le citoyen de base, un pour le responsable politique dont les peines seraient aggravées au nom de l’exemplarité qu’il doit incarner. Je suis bien tranquille : au nom de l’égalité devant la loi, tout le monde va protester, en oubliant que nous ne sommes pas, le député et moi, égaux devant la loi. Vu que cette histoire d’immunité, c’est la porte ouverte à l’absolu bonheur des avocats : le délai. Plus on attend, plus la peine se dilue dans l’oubli des faits.

Ainsi va l’interprétation morale. Venant de la droite, ça ne m’étonne guère, elle a une morale à géométrie invariable. Il suffit que soient protégées les rentes de situation et que soit assuré l’enrichissement. Venant de la gauche, des héritiers de Robespierre et de Jaurès, ça me rend sauvage. Ce sont eux qui tiennent le discours de la morale et n’hésitent pas à la violer. Thévenoud a eu comme seule punition d’être exclu du PS. Tu parles d’un drame ! Il va être non-inscrit et le tour sera joué.

On va droit au clash…. Les communistes chinois savent que le peuple a besoin d’exemples, les socialistes français s’en foutent. Cahuzac en prison et ruiné, ça assurerait un gros paquet d’opinions favorables et ça démonterait les arguments de Marine.

Et donc, je pose la question : vaut il mieux être féroce avec un corrompu ou faire le lit du FN ? Parce que c’est comme ça qu’elle se pose la question. En termes simples et vulgaires. La Chine a remis à l’ordre du jour les autocritiques (à la télé, l’audience est plus large) d’élus et de fonctionnaires. D’après vous, comment réagissent les citoyens de base devant l’humiliation de ceux qui les ont trompés et humiliés ? Le plus simplement du monde : ils se sentent protégés et vengés et ils se marrent. C’est vulgaire ? C’est basique ? Peut être. En fait, c'est pas plus vulgaire qu'une émission de télé-réalité.

C’est cruel ? Non. La cruauté, la vraie, c’est de mépriser les autres. C’est de se sentir au dessus.(*)

C’est d’oublier que les sans-dents peuvent mordre. Malgré tout.

On en reparlera….

(*) à peine avais je écrit cette phrase que notre improbable Ministricule socialo-rothschildien chargé des Finances faisait sa sortie sur les "ouvrières illettrées", ajoutant le sexisme au mépris. Qu'il commence par aller devant les électeurs pour se donner une légitimité. Et si le mari d'une "ouvrière illettrée" allait décharger sur lui son fusil à sanglier, je trouverais ça assez normal...Trop, c'est trop...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire