mardi 23 septembre 2014

NOUS AVONS PEUR D’UNE GUERRE (2)

Nous ne sommes pas en guerre. Enfin, pas trop. Pour être en guerre, il faut, juridiquement, une déclaration de guerre à un Etat ennemi. Vu qu’on ne combat aucun Etat, on n’est pas en guerre. Tu vas me dire, c’est pas une consolation pour les veuves des mecs tués sur place qui, du coup, ne sont pas des veuves de guerre.

Dans les deux cas, on donne juste un coup de main à des copains. Un gros coup de main, mais pas plus. A ce propos, le Président a évoqué le sort des chrétiens d’Irak alors qu’il voulait bombarder Bachar, seul soutien des chrétiens de Syrie. Conclusion : tous les chrétiens ne sont pas égaux devant Hollande. Devant Dieu, oui. Preuve qu’Hollande n’est pas Dieu. On s’en doutait…

Bien. Au Mali, on se bat contre AQMI et associés. Il est bien l’acronyme, il évite d’avoir à épeler le nom de l’organisme. En Irak, le problème, c’était l’Etat islamique. On lui a changé le nom, on dit Daech…C’est pareil, l’acronyme en arabe de l’Etat islamique.

Pourquoi on a changé ? C’est qu’on ne veut pas prononcer le mot « islamique ». Dans les deux cas. Pour pas stigmatiser.

La vérité, c’est qu’on fait la guerre à l’Islam. On peut ergoter, discuter, sodomiser les diptères, mais dans les deux cas (Mali et Irak/Syrie), ce que les soldats français ont en face, ce sont des Musulmans. C’est pas bien de le dire, mais ne pas le dire ne change rien aux faits. Le dire, reviendrait (conditionnel) à stigmatiser l’ensemble des Musulmans et même les Arabes qui sont essentiellement Musulmans.

Ben non. Le premier pays musulman du monde, c’est l’Indonésie. Jusqu’à nouvel ordre, ils ne sont pas Arabes. Pas plus que les Nigérians de Boko Haram. En France, où la simplification communicante inculte a tout remplacé, Islam égale Arabes. C’est un peu court, jeune homme !

La vérité, c’est qu’un peu partout dans le monde, des mecs prennent les armes pour imposer la loi islamique. C’est valable au Mali et en Irak, mais aussi au Nigéria, en Tchétchénie, au Xinjiang, dans le sud des Philippines, en Libye, en Egypte, au Yemen ou en Tunisie. Bientôt en Inde où Al-Qaïda vient de créer une branche locale.

Mais il y a des Musulmans pas fanatiques !!! Certes. Toutefois, on ne m’empêchera pas de penser qu’ils regardent les intégristes d’un œil favorable. Ils ne peuvent pas dire que la charia, c’est caca. On n’a jamais vu l’un de leurs représentants lancer une fatwa sur les intégristes. Ils ergotent, eux aussi, sur la manière de l’imposer. Pas sur le fond. Ils ne disent jamais clairement que la démocratie passe par la laïcité et qu’une loi religieuse ne vaut pas un clou. On ne scie pas la branche…. Y'a même un mouvement à la con qui s'appelle "Not in my name". C'est clair : ils sont pas vraiment contre la guerre sainte, mais ils veulent pas que ce soit fait au nom de l'Islam. C'est pas très puissant comme argumentation. Bref, ils font ce qu’ont fait tous les mouvements de ce type : ils ont une version fréquentable et une version plus sauvage. Mais le but reste le même, c’est juste une question de moyens. Ou de timing. Les mencheviks prennent le pouvoir avant d’être remplacés par les bolcheviks. On en a déjà parlé ici.

Et donc, les Musulmans pas fanatiques, c’est une fiction. Une fiction qui nous arrange bien vu qu’elle nous permet de conserver des relations agréables avec tous les pays richissimes qui investissent dans notre beau pays et qui ont la main sur le robinet pétrolier. Y’en a même qui contribuent à des campagnes électorales. Mais les mômes qui vont à la mosquée chaque semaine, dont Maman est voilée et qui font le Ramadan, tu peux pas leur dire que leur religion est une mauvaise chose. C’est leur quotidien. Sur le tas, y’en a qui se radicaliseront. Comme il y a des enfants de chœur qui deviennent skins. Toute religion est une graine dont tu ne peux pas prévoir le développement. Vaut mieux pas l'arroser.

L’Islam est monolithique. Personne ne peut exclure personne. Aucun religieux ne peut s’opposer à un autre religieux. On en a déjà parlé ici. D’autant que les religieux fréquentables, on les fréquente parce qu’ils ne sont pas violents, et surtout pas avec leurs « frères ».

La communication a rendu le problème indémerdable. Personne ne regarde la question froidement. On l’a bien vu avec la Syrie : il y a deux ans, il était question de taper sur Bachar, aujourd’hui, on tape sur ses adversaires. C’est du grand n’importe quoi. Il y a deux ans, on savait bien que Bachar était un rempart. On l’avait dit ici. C’est que Bachar, lui, il a des fatwas sur le dos. Fatwas qu’aucun Musulman pas fanatique n’a essayé de contrer. On attend encore que le recteur de la mosquée de Paris défende Bachar. Faut pas rêver : Bachar, c’est pas un »bon » musulman à leurs yeux, c’est un Alaouite.

Avec l’Islam, la non-violence ne fonctionne pas car elle ressemble trop à de la faiblesse. Pas plus que ne fonctionne l’humanisme.

Normal. Ce serait donner à l’Homme une place réservée à Dieu.

On n’a pas fini d’en reparler…..

Aucun commentaire:

Publier un commentaire