dimanche 25 novembre 2018

ESPELETTE ET GILETS JAUNES

Ho ! Les gilets jaunes ! sortez du symbole ! N’allez plus à Paris ! Ça vous coûte de l’argent. Pour quoi ? Pour aller sur le terrain de l’ennemi, pour vous affaiblir.

Castaner a donné les chiffres : 33 escadrons de policiers à Paris, 29 sur l’ensemble du territoire. Inutile de faire des comptes d’apothicaire : vous avez moins de risques à manifester chez vous, chez vous où vous connaissez mieux le terrain, les bretelles et les rocades, chez vous que l’Etat laisse en jachère pour vous appauvrir. L’avenir de votre mouvement est chez vous.

Les objectifs sont nombreux. Chez vous, il y a 100 préfectures, plus de 200 sous-préfectures, quelques centaines d’hôtel des impôts. Aucun de ces objectifs n’est fondamental, mais leur nombre en font un avantage stratégique. Cent hôtels des impôts qui brûlent et Bercy est désorganisé. 500 péages bloqués et la grande distribution est à genoux tandis que Vinci pleure. Pensez aussi aux Chambres de Commerce, aux Chambres d ‘Agriculture où plastronnent ceux qui détruisent l’environnement et se gavent sur votre pouvoir d’achat. Avec ce qui reste de policiers en région, tous ces objectifs peuvent être atteints sans risques pour vous.

Ne vous focalisez pas sur les régions. C’est dans les capitales régionales que l’ennemi a regroupé ses troupes. Pensez à Espelette. Voici vingt ans, les habitants d’Espelette, exaspérés par la détention de leur curé, ont bloqué la gendarmerie. Un millier d’habitants, vingt gendarmes, ce n’était pas l’affrontement du siècle mais l’Etat a cédé. Dans vos villages, vous êtes plus nombreux que les gendarmes, vous pouvez les enfermer, les rendre inutilisables. Vous les connaissez, vous faites du sport avec eux, vous êtes au conseil des parents d’élèves avec eux, vos femmes font leurs courses ensemble. Vous croyez qu’ils vont vous tirer dessus ? Dans de nombreux cas, ils vous seront reconnaissants de pouvoir sortir d’un affrontement qu’ils ne souhaitent pas. Et vous, vous remettez de l’humain dans le conflit.

Vous imaginez ? BFM annonçant que 2000 ou 3000 gendarmes sont prisonniers des gilets jaunes. Castaner aurait l‘air d‘un vrai con. Il dirait quoi ? Que l’Etat reste ferme ? Vu l’état des troupes, il lui sera impossible d’envoyer des renforts car il ne dégarnira pas Paris. Et s’il veut le faire, vous tiendrez les autoroutes. Si vous voulez du symbole, prenez les véhicules de gendarmerie et conduisez les devant la sous-préfecture la plus proche. Ça fera de belles images avec les gyrophares allumés.

Chers gilets jaunes, vous avez en mains l’arme absolue, celle qui ridiculise. « Qu’ils viennent me chercher » disait le président sûr de sa force. Enlevez la force, il ne restera rien. Rien que des mots dont vous ne serez pas dupes.

En plus, vous n’êtes pas obligés d’attendre samedi. Il doit bien y avoir 4 ou 5000 gendarmeries susceptibles d’être bloquées. Vous pouvez mettre le pouvoir à poil, jour après jour.


Bon, moi ce que j’en dis…..

Aucun commentaire:

Publier un commentaire