lundi 27 juin 2011

LA CONNERIE EN GERME – 2

Après l’Allemagne, Bègles. J’ai déjà dit ce que je pensais de la manducation des graines germées (http://rchabaud.blogspot.com/2011/06/la-connerie-en-germe.html ). Mais là, on touche le fond.

Les mecs, ils sont allés acheter leurs graines chez Jardiland !!! Les graines de Jardiland, elles sont faites pour être plantées dans un jardin. Pas pour faire la cuisine. Pas pour être consommées crues en salade. Ben non. Jardiland, ça vend aussi des graines pour la consommation. Les mecs, ils sont épiciers-jardiniers. C’est le nouveau marché : tu fais deux métiers et tu les fais mal tous les deux. Même jardinier ? Un jour, je parlerai des jardineries qui vont de nulles à nullissimes. Si tu trouves ça bien, c’est que t’es pas très bon.

Et pourquoi, ils ont fait ça ? Pour décorer un gaspacho !!! Le gaspacho, il a pas besoin qu’on le décore avec des graines germées de fenugrec. Il a besoin de bonnes tomates, d’un poivron bien tendre, d’une courgette pour alléger les tomates, de vinaigre de Xérès (mais tout vinaigre issu d’un vin de voile fera l’affaire). Point barre. Ah ! oui. J’oubliais l’ail. Et l’oignon. Blanc, l’oignon, pas sucré. Dans le gaspacho, y’a pas de fenugrec.

On a affaire à la quintessence de la connerie. Déjà, l’idée de décorer le gaspacho… Les mauvais cuisiniers et les connasses bobo adorent décorer. C’est plus facile que de chercher les bons produits. La décoration, ça sert à rien, à part dans les restos étoilés quand on dresse un plat. Sauf qu’avant de le dresser, faut l’avoir fait. Les merdeux de la cuisine, ils font n’importe quoi et, après, ils décorent. Petitement, médiocrement. C’est le plus facile. Et leurs connards d’invités vont s’extasier, admirer.

Attention, vont pas admirer n’importe quoi, les loulous. Carême, le grand Carême, avait l’habitude de transcrire les architectures de son copain Ledoux. Souvent en saindoux. Saindoux ? Horreur ! Les connards qui ne connaissent pas Carême et Ledoux rejettent le saindoux. Quand ils parlent cuisine, c’est Dukan ou Cohen, pas Carême et Dumas. File moi tes références, je te dirais comment tu penses.

On leur a dit que les graines germées, c’était bon pour la santé. Alors, ils utilisent. Des graines, c’est des graines, n’est-ce pas ? Ben non. Le processus de production est pas le même. En Europe, quand on produit des graines, c’est pour les mettre dans la terre, pas dans l’estomac. Alors, s’il y a des colibacilles, c’est pas très grave.

Ça me rappelle une connasse grave, libraire, et qui vendait à ses bobos de clients, non pas des livres mais des graines de plantes aromatiques. Les graines, elles ne germaient pas et les clients râlaient. Normal. Les graines avaient passé l’hiver dans une boutique surchauffée, elles n’avaient pas eu leur période de dormance, il leur était impossible de germer. J’ai expliqué à la connasse que les graines, ça passe l’hiver au frigo. Elle m’a regardé comme si je me foutais d’elle. Elle ne savait rien d’un cycle végétatif et l’idée de mettre des graines au frigo lui était étrangère. Dans le frigo, elle mettait le soja bio.

Le vrai drame est là : tout le monde fait semblant de savoir alors que la plupart des gens ne savent rien. Si ça ne débouchait pas sur des actions stupides dans le meilleur des cas, criminelles dans le pire des cas, ce ne serait pas grave. Mais dans le cas de Bègles, il y a bien eu quelqu’un qui a pris, sans savoir, la décision d’acheter dans une jardinerie des trucs à manger. Un mec qui s’est pas dit que s’il y avait des magasins d’alimentation, c’était pour acheter de l’alimentation. Un mec qui croit que tout est pareil, tout est interchangeable, un mec qui a de la bouillie dans la tête. Un mec qui croit que les grandes surfaces, c’est des commerces comme les autres. Faudra lui expliquer que les neurones, c’est pas pour faire pousser les cheveux.

Celui que j’ai envie de plaindre, c’est le petit Nico. Je dis « le petit Nico » parce que je le connais quasiment depuis sa naissance. Au Tripode, on dit pas comme ça, on dit « Monsieur le Professeur ». Lui, il doit être sur la brèche, à se demander comment sauver des gens. Avec son équipe. Plein de gens de grande qualité. Des gens qui devraient avoir mieux à faire que de s’occuper d’écolos débiles qui bouffent des graines au lieu de les planter. En plus, il a pas de bol, le petit Nico, il est spécialiste des reins et la bactérie s’attaque prioritairement aux reins. Il est pas à la fête….

Alors, je pense à Darwin. Je me demande si on doit soigner des cons de cet acabit. Laissons faire la sélection naturelle. Les mecs de Bègles, ils sont sur la mauvaise pente de l’évolution. Parce que je connais Bègles. C’était un nid d’Ibériques. Si vous vouliez bouffer de la morue comme au Portugal, c’était à Bègles qu’il fallait aller. Bègles a accueilli des wagons de républicains espagnols et de dockers portugais. Des mecs qui auraient pas filé du fenugrec dans le gaspacho. Seulement voilà : leurs descendants, ils ont voulu faire moderne, ils ont voulu faire comme tout le monde. Bâcler le gaspacho de la abuela en se disant que la décoration suffirait.

Remarque, Bègles, maintenant on y vend des Vuitton dans un centre commercial chic sur les rives de la Garonne. Sur le quai du Président Wilson, y’a plus une usine, que des résidences pour bobos. Le soir, on n’y entend plus pleurer les guitares dans les petits rades décorés des drapeaux de la patrie quittée avec le cœur gros. Bègles était rouge et populaire, elle est verte et bouffe des graines germées.

C’est vrai que je suis nostalgique.

On en reparlera……

Aucun commentaire:

Publier un commentaire