lundi 11 juillet 2011

L'ACTUALITE

Bien. Pour une fois, je colle en plein dans l’actualité. Total va augmenter le prix de l’essence. Du coup, ce week-end, c’est en boucle partout. Tu parles ! Annoncer ça pendant les vacances, quand tout le monde est obligé de passer à la pompe, ça la fout mal.

Du coup, les journalistes, ils se croient obligés de causer des marges de Total. Les politiques aussi. Tous d’accord : les marges de Total en France sont tellement négligeables que si Total touchait pas au prix de l’essence, ça changerait pas grand chose à son résultat. Dis donc ! c’est que j’expliquais juste avant le week-end (http://rchabaud.blogspot.com/2011/07/la-demondialisation-et-la-dignite.html )

C’est pas sorcier, faut dire. Non. Dans tous les commentaires, ce qui manque le plus, c’est la dimension historique. Comment en est-on arrivé là ? A cette situation dominante ? A ce groupe français qui ne paye plus d’impôts en France ? J’ai déjà évoqué la question (http://rchabaud.blogspot.com/2011/06/le-cens-de-letat.html ). Mais ça vaut la peine d’y revenir. Juste pour le fun.

Elf, c’était une volonté gaulliste de construire une major du pétrole pour contrer l’hégémonie américaine. Il a fallu quarante ans, le regroupement de plein de petites structures, des rachats, des investissements, et surtout de la recherche tous azimuts, surtout en Afrique où le Vieux Général avait pas mal d’accointances. Cette construction a nécessité pas mal de fric. Pas grave. Elf (à l’époque, c’était la SNPA) était une société nationale. S’il fallait du fric, le budget de l’Etat était là. Le budget de l’Etat, c’est à dire tes impôts de l’époque ou les impôts de tes parents. Ta famille a mis la main à la poche pour construire Elf et assurer l’indépendance énergétique de la France. C’était son truc au Vieux Général. Pas dépendre des autres. Les Français comprenaient. On investit pour dire « merde » aux Ricains, avoir notre pétrole d’Algérie ou du Golfe de Guinée et notre gaz de Lacq. On paye mais on en retirera des bénéfices.

Et puis, le Vieux Général est parti avec ses idées d’un autre âge. En 1994, Balladur privatise Elf pour récupérer du pognon (33 milliards de francs) et parce que la mondialisation était en marche et que ces idées politiques d’indépendance semblaient d’une absolue ringardise. Balladur dont Sarkozy était Ministre du Budget en charge des privatisations. Ben oui, c’est Sarkozy qui a privatisé Elf. Pas la peine de faire semblant de s’offusquer aujourd’hui. Il paraît que c’était pour satisfaire aux exigences du traité de Maastricht.

Dans ce processus de privatisation, l’Etat conserve environ 13% d’Elf. Suffisamment pour peser un peu. Peser, s’il le veut. Aussi, quand Total lance son OPA sur Elf en 2000, on peut penser que l’Etat va réagir. Ben non. L’Etat en 2000, c’est Lionel Jospin à Matignon et DSK Ministre des Finances. L’OPA de Total permet à l’Etat d’empocher 45 milliards de francs. Et puis, le PDG d’Elf a été nommé par Balladur. Bien fait pour sa gueule ! Après tout, c’est un ennemi politique. Et 45 milliards, c’est bon à prendre. Comme dit Jospin, « j’ai équilibré les comptes ».

Faut dire qu’il y a du blé dans les transactions. Elf que l’Etat a privatisé en 1994 pour 33 milliards est acheté par Total six ans plus tard 345 milliards. Dix fois plus ! Ou bien le PDG de chez Total est carrément fou, ou bien l’Etat s’est fait escroquer de première. Tournez les chiffres dans tous les sens, on peut pas sortir de là. Y’a bien une troisième hypothèse, mais celle-là, elle me conduirait direct devant un tribunal.

Alors, ne cherchez pas. Si Total est en position dominante aujourd’hui, c’est grâce à la classe politique, tous partis confondus. Si Total peut faire des profits considérables, c’est grâce à la classe politique, tous partis confondus. Si Total ne paye pas d’impôts, c’est grâce à la classe politique, tous partis confondus. Certes, l’Etat a récupéré sur le moment près de 80 milliards de francs. A comparer avec les 14 milliards d’euro de profits de Total l’an dernier (soit 90 milliards de francs). Ça s’appelle vendre les bijoux de famille, prendre le blé et obérer l’avenir. Ben oui ! un an de bénéfices de Total, c’est moins que ce que l’Etat a touché.

C’est con de jeter la pierre à Total. Margerie, il fait son boulot de PDG, comme l’avait fait son prédécesseur Desmarets. Margerie, il fait son boulot dans le cadre légal et fiscal qu’on lui laisse. Si les politiques, tous partis confondus, sont d’accord pour lui laisser un cadre fiscal et légal qui l’avantage, ce n’est pas de sa faute. Il profite juste de la bêtise des autres.

Les autres qui hurlent aujourd’hui. Les hiérarques du PS qui défendent DSK avec une corde vocale et utilisent l’autre pour attaquer Total, oubliant ce que Total doit à DSK. Le ministricule UMP en charge de l’énergie qui fait semblant d’oublier que c’est son Président qui a mis Total en position de faire ce qu’il veut. Dans un monde sans Histoire, seul compte l’instant présent.

On en reparlera…. Forcément…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire