mardi 17 décembre 2013

LA PIRE PUB DU MOMENT : LA FNAC

Ils se disent « agitateurs culturels » mais ils ont oublié d’ouvrir un dictionnaire. Ils doivent plus en vendre, à cause de Wikipedia.

La dernière pub de la FNAC est en limite de mensonge. Décryptons.

Le slogan, c’est « Livraison en magasin 0 € »

Livraison, c’est une action bien définie. Ça consiste à apporter à un client la marchandise qu’il a achetée, qu’elle ait été payée ou pas. Et donc, clairement, il y a quelqu’un qui vient sonner chez toi et te dis, « Bonjour, Monsieur Dugenou, voilà votre paquet ».

Si tu dois aller au magasin de ton fournisseur, ça s’appelle un « enlèvement ». Le Code Civil fait bien la différence (article 1608) : « Les frais de la délivrance sont à la charge du vendeur et ceux de l’enlèvement à la charge de l’acheteur ».

Normal. Tu prends ton temps, ta voiture ou le métro pour aller au magasin de la FNAC, c’est à toi que ça coûte. Alors, la FNAC qui te dis que tu lui dois 0 €, elle se fout complètement de ta gueule. Heureusement, que tu payes pas deux fois !!!

Je chipote pas. On est dans les glissements sémantiques qu’adorent les publicistes et les marketeurs. Le mec qui va te dire : « Ouais, bon, enlever, livrer, c’est du kif ». Ben non, c’est pas du kif. Surtout quand tu veux la jouer culture, libraire, bonheur de la langue. C’est tellement pas du kif que la loi fait la différence.

Là, la FNAC, elle te fait croire, elle te suggère, qu’elle te fait un cadeau. Elle te prend pour un con. Si tu la crois, elle a raison de te prendre pour un con.

Remarque, vu le profil de son patron, c’est pas très étonnant. Le mec, il est fils d’un président de club de foot (c’est vrai qu’on n’est pas responsable de ses parents, mais le foot, c’est pas le bon écosystème pour la culture, quand même). Mais surtout, il est vachement fier d’avoir redressé Europe 1 en engageant Nagui. Il a pas compris que la culture, c’est d’abord regarder vers le haut, et peut être même, forcer l’autre à regarder vers le haut. Pas lui donner le choix, pas lui faciliter la réflexion. A moins que tu veuilles vider les neurones, façon Le Lay.

Bon, je suis bien tranquille, ma vision utopiste de la FNAC ne verra jamais le jour (http://rchabaud.blogspot.fr/2012/10/la-fnac-rome-le-luxe.htm). Et puis, quand t’apprécies Nagui, c’est un peu normal que tu confondes livraison et enlèvement. Faut bien s’adapter au niveau de tes collaborateurs.

Il court aucun risque le patron de la FNAC. Il est énarque. Et donc, il a des copains dans tous les organismes de vérification de la pub. Et donc, personne ne lui dira rien. Ça va passer comme une lettre à la Poste.

Et une lettre à la Poste, c’est une délivrance, pas un enlèvement.

On en reparlera…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire