jeudi 13 mars 2014

ALIAS NICOLAS

J’aime pas Taubira. J’aime pas sa morgue mêlée de chouineries sur le féminisme et l’esclavage. Elle est la preuve vivante qu’on peut être femme, descendante d’esclave et ministre de la République. Et que, par voie de conséquence, ni la féminité, ni l’esclavage ne sont des handicaps. CQFD.

Mais là, on lui colle un faux procès. Et j’aime pas non plus. On applique connement le principe du bottage en touche et tout le monde suit le ballon. Bande de cons !

Au départ, y’a un mec qui applique la technique des dealers de banlieue qui veulent baiser les flics. Il va dans une boutique et il achète un portable sous un faux nom. Moi, j’appelle ça usurpation d’identité. Mais, moi, je suis bête.

Bon, il achète pas lui-même vu qu’il est connu. Il annonce Paul Bismuth (c’est le pseudo choisi).. L’autre, il va se marrer. Arrête, Nico, on t’a reconnu. Donc, il envoie son chauffeur (il a un chauffeur, j’en suis certain, c’est moi qui le paye, avec mes impôts) qui achète le portable sous un faux nom. Les flics, ils écoutent pas Nicolas Sarkozy, ils écoutent Paul Bismuth. En admettant que Christiane reçoive des listings d’écoute, c’est Bismuth qui est écrit, pas Sarkozy. Tu t’imagines que Christiane s’intéresse à Bismuth ?

Faut pas déconner tout de même. Qu’une ancien président de la République, membre du Conseil constitutionnel, fasse acheter un portable sous un faux nom pour tromper la police ne semble poser problème à personne. Parce que le fait générateur, c’est ça : la volonté de tromper la police. Pour un ancien Ministre de l’Intérieur, ça la fout mal, je trouve.

Et donc, les copains du dealer bottent en touche… La Christiane, elle sait pas lire un listing.. et puis elle a pas dit ce qu’elle savait…ben non.. elle a pas dit ce qu’elle savait sur Bismuth. Pourquoi ? Ça vous parle Bismuth ?

Bon. T’écoutes Bismuth, le petit dealer, il appelle son avocat. C’est pas l’avocat que t’écoutes, c’est Bismuth. Il se trouve qu’il appelle son avocat. Pourquoi ? Pour tromper la police. Quand t’es la police, t’aimes bien savoir qui te trompe, pourquoi et comment. Remarque, quand t’es cocu aussi.

Et donc, l’avocat hurle au scandale. Je voudrais juste savoir un truc : quand ce téléphone sonnait, y’avait quoi écrit sur l’écran de l’avocat : Sarkozy ou Bismuth ? Parce que si c’était Bismuth, l’avocat savait qu’il participait à une manœuvre destinée à tromper la police. Ça relativise le sens moral, je trouve.

A moins que cette noble profession ne considère qu’il est de son devoir de tromper la police. Remarque, on peut le penser. Comme on peut penser que c’est le couple infernal police-justice qui est en cause. Le couple auquel on a confié la double tâche de surveiller et punir. Avec Valls, on sait que ça surveille. Avec Taubira, on sait que la punition n’est plus au centre du débat. L’avocat, ça devrait lui plaire. Plus la justice est laxiste, meilleurs sont les avocats. Le boulot est facilité. Mais non, il choisit d’attaquer Taubira. C’est bête d’affaiblir ses alliés objectifs. D'autant que j'ai pas vu un seul juriste de gauche revenir au point de départ. Ils ont tous préféré la défense corporatiste. Pas un pour dire clairement que leur confrère a participé à une manoeuvre à la légalité douteuse.

En tous cas, le ballon est bien dans la touche. Je sais pas qui va effectuer la remise en jeu, mais Sarkobismuth est tiré d’affaire. On parlera pas de sa minable magouille.

Sur le plan de la communication, c’est pas du grand nouveau, mais ça marche toujours.

C’est le principe de la corrida.

On en reparlera…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire