dimanche 9 mars 2014

ELEMENTS DE LANGAGE

C’est facile le journalisme. Pour savoir ce que tu diras le soir du 23 mars, il suffisait d’écouter Bartolone ce dimanche matin. Il a eu quelques phrases pas mal.

« Nos électeurs pourront marquer leur désaccord par l’abstention ». Celle-là personne n’avait jamais osé. Jusqu’alors, tes électeurs, c’étaient ceux qui votaient pour toi. Avec Bartolone, c’est fini. Tes électeurs, c’est aussi ceux qui votent pas pour toi. Faut admettre, ça laisse un réservoir. Avec des coups comme ça, t’es sur de gagner toutes les élections.

Il précise le finaud de Lassay : « Je ne sens pas une envie de droite dans le pays ». Ben voyons ! Avec la diabolisation du FN, de plus en plus active, avec l’UMP qui part en couilles dans tous les sens, l’envie de droite, elle a du mal à s’exprimer. Dans les urnes, peut-être, mais on va y veiller. Je vais vous expliquer.

L’abstention n’est jamais trop forte aux municipales : un petit 30% au premier tour. Plus ou moins. Ce coup-ci, ça risque d’être un vrai plus. L’UMP en déliquescence, les Français écoeurés par un socialisme qui se marque de plus en plus à droite, ils vont pas se ruer sur le bulletin. Pas grave. Cette augmentation sera le fait des électeurs socialistes. De quoi rester, sans souci et sans travail, le premier parti de France. Le discours du 23 mars sera donc « on a gagné mais il faut convaincre les abstentionnistes de voter utile au second tour ».

Pour le reste, les préfets sont déjà au travail. Prenons en exemple : une ville moyenne, une liste socialiste, deux listes UMP, l’officielle et la dissidente. Comment tu qualifies ? C’est important ça… La liste UDI-UMP, tu peux la qualifier de centriste, par exemple (y’a de l’UDI) ou UMP (y’en a aussi). Ça dépend du chef. La liste dissidente, tu peux la mettre en divers droite ou en UMP-dissidente, ou même en centriste, c'est pas génant. En fait, ça dépend du résultat que tu veux obtenir. Y’a gros à parier que les préfets vont se lâcher sur l’étiquette « centriste ». Centriste, c’est pas à droite et Bartolone « ne sent pas une envie de droite ». Tu vas voir que Bayrou, il va se retrouver avec de sacrés bataillons d’électeurs sans avoir bougé une oreille. De quoi justifier son poids politique et une place dans le prochain remaniement. Ce qui justifiera aussi, post partum, la politique hollandaise de bouche-à-bouche au Medef. Vous voyez bien que c’est ce que voulaient les Français. Ils ont vachement voté au centre.

In fine, ça fera un peu moins de villes que prévu dans l’escarcelle socialiste, mais ce n’est pas trop grave. Dans les provinces, depuis quelques années, ils ont accumulé du sénateur et du député. De gros pardessus qui tiennent bien leurs sections et sauront expliquer. Eventuellement, en disant : « on était trop à gauche, nos électeurs nous ont préféré le centre, il faut soutenir le Président, ce clairvoyant leader qui nous a montré la voie lumineuse vers une gestion harmonieuse ». Et le tour est joué.

Ou comment gagner dans les médias les élections perdues dans les urnes. Bon, vous me direz, aux prochaines sénatoriales, ça se paiera et ce brave Bel a du soucie à se faire. Mais les sénatoriales, c’est pas tout de suite. Et puis, c’est moins important que la présidentielle. D’ici là, il y a peu de chances que l’UMP se refasse la cerise. On affirme déjà que Sarko va créer son mouvement pour laisser une UMP moribonde à Copé et/ou Fillion. Flamby va gérer Bayrou et garder ses chances intactes.

Ceci sans présager d’une vraie grave crise, bien entendu. On n’est pas encore en 2017. Pour l’heure, l’essentiel est de préserver les chances. Juste ne pas avoir l’air ridicule. Ne pas avoir l’air de perdre. Après… Les vraies manœuvres sont ailleurs. Planter Copé, planter Sarko. Buisson est vénal. On peut même penser qu’il vend ses cassettes. Une après l’autre. Le feuilleton n’est pas fini. On va pas se laisser emmerder par la perte de la mairie de Bouzy-les-Palmipèdes.

Bon. Bartolone nous a filé la clef. Moi, je pense à tous ces militants, qui bossent, qui y croient, qui voudraient bien changer leur vie au niveau de leur ville. Ils sont cocus. Tout militant politique est un cocu en puissance. Ils le savent mais c’est jamais agréable de le voir confirmer.

Ceci dit, ça va avoir un effet positif. Si les socialistes sont à la ramasse, ça va donner plein de triangulaires. C’est rigolo les triangulaires. Ça va nous distraire entre le 23 et le 30. Pendant ce temps, l’essentiel sera ailleurs. Toujours les marionnettes au travail.

Même que Guignol est une marionnette.

On en reparlera

Aucun commentaire:

Publier un commentaire