vendredi 25 juillet 2014

L’ANCIEN REGIME

On y est. En plein dedans. Pas pour des raisons économiques liées à l’oligarchie et à toutes ces sortes de choses.

Non. C’est beaucoup plus simple et personne ne veut voir, tout simplement parce que c’est le fonds de commerce et de pensée de la plupart de ceux qui prennent la parole.

On a glosé sur les raisons de la Révolution, sur l’état économique du pays, sur le rôle des classes sociales, que sais je encore ? Or, sur le moment, rien de tout ça ne saute aux yeux. Dans les discours des représentants du Peuple, il y a une constante : les Français en ont marre du pouvoir d’une minorité. Les nobles, ils sont les moins nombreux et ils décident.

Et donc, ils mettent au point une règle démocratique simple : la majorité vote les lois, la minorité subit. Il y a quelques dérapages : la minorité vendéenne, elle a pas très envie de subir. Il faut donc lui expliquer, sans douceur excessive, que, désormais, il y a une Nation et que les particularismes régionaux, on ne peut pas toujours en tenir compte, surtout s’ils touchent aux grands principes.

Parce que le principe, il est intangible. Pour le dire crûment : la minorité, on s’en tamponne. C'est une peu quantitatif, mais ça semble plus juste.

Sauf qu'on nous a sorti un truc imparable : la discrimination. Ils hurlent tous qu'ils n'ont pas les droits des autres. Bien entendu, c'est faux. La Loi est la même pour tous. Tout majeur peut adopter, selon des conditions fixées par la loi et ces conditions sont les mêmes pour tous. Si n'importe quel citoyen ne remplit pas les conditions, il n'adopte pas. Si ça te vas pas, tu demandes un changement de loi. Si la majorité t'envoie paître, tu t'écrases. C'est la règle démocratique. Moi, j'acceptes et pourtant, sur plein de points, je suis vachement minoritaire.

J’en ai déjà parlé ici. Mais le mouvement s’amplifie, s’accélère. Il n’y a plus de Nation, juste des groupuscules qui hurlent « et moi, et moi, et moi ». La caisse de résonance des réseaux sociaux n’est pas innocente. On vous dit que c’est la vraie démocratie, la parole enfin libérée. C’est surtout une impitoyable cacophonie dont plus rien de cohérent ne sort. Babel et de retour. Du coup, les libérés de la parole, ils se passent d’aller voter. Ils s’expriment mieux sur Facebook que dans l’isoloir. Forcément, ça change rien à leur statut de minorité. Déjà que t’es pas nombreux, si en plus tu votes pas…

C’est qu’ils ne comprennent plus rien. Pourquoi on écoute ce groupe et pas le mien ? Ha mais ! ça va pas se passer comme ça. Nous, les métis androgynes du bas-Berry, on existe, on doit nous satisfaire. Même qu’on a une association loi de 1901. Vous allez voir ce que vous allez voir.

On voit. On voit les communautés minoritaires se taper sur la gueule devant un gouvernement qui ne sait plus quoi faire. Parce qu’il faut arrêter : les juifs et les musulmans sont des minorités auxquelles il est temps de rappeler que la politique est interdite dans les lieux de culte depuis 1905. Et que si l’imam ou le rabbin tolère, on ferme. La République est majoritairement laïque. L’imam ou le rabbin, ou le curé, ou le pasteur, il est là pour causer de Dieu. Idem pour le Pape. La situation en Syrie, c’est pas son affaire. Il fait ce qu’il sait faire, des prières, mais son opinion, on s’en passe fort bien.

J’en ai marre. Les minorités doivent réapprendre à vivre en groupe, dans une Nation, à sortir des tribus et des particularismes. A s’intégrer. A apporter leur pierre à l’édifice commun, pas à secouer la maison chaque fois qu’elles ont un pet de travers.

Elles l’ont fait pendant des décennies. On a intégré les immigrés de toute l’Europe. Plus ou moins vite. Plus ou moins bien. Et là, ce serait plus possible ?

Ben non. elles veulent plus appartenir à la nation française. Moyennant quoi, les loulous de banlieue, ils vont faire le djihad en Syrie et on apprend qu’il existe des soldats franco-israéliens. Mais l’armée de la Nation, de LEUR Nation, ils n’en ont rien à cirer. Ho ! si c’est le fusil d’assaut qui vous branche, l’infanterie de marine recrute. Jusqu’il y a peu, le service militaire valait choix de la nationalité. L’engagement dans la Légion Etrangère donne encore la nationalité française.

J’ai l’air de me focaliser sur le Proche-Orient. Faut dire qu’en ce moment, difficile de fermer les yeux. Mais c’est valable pour les LGBT. J’ai interrogé mes copains homos et, croyez moi, j’en ai une grosse brouette. Majoritairement (y’a une ou deux exceptions), l’adoption, la PMA, la GPA, ils s’en foutent comme de leur première capote. Ils vivent leur homosexualité tranquillous et ils s’occupent de leurs neveux et nièces. Ils savent bien qu’ils sont minoritaires. Sexuellement. Pas politiquement (enfin, sauf ceux qui ont voté Sarko, si, si, y’en a). Etre homo, c’est pas pire qu’être rouquin.

Parce que les rouquins, aussi, ils sont minoritaires

Pour l’instant, ils restent calmes.

On en reparlera….

Aucun commentaire:

Publier un commentaire