jeudi 30 mai 2019

LA DEFAITE DE TRUMP

Ça, c’est fait…..

A la fin de l’année, les téléphones Huawei auront leur propre système d’exploitation. Voilà Trump bien baisé… Dans sa « guerre commerciale » avec la Chine, il avait ciblé Huawei, arrêtant la directrice financière et conseillant à Google de refuser au Chinois son système d’exploitation Android…. La presse voyait déjà la mort de Huawei.

Quelques éléments de réflexion… Ren Zhengfei, créateur de Huawei, est membre du PCC mais aussi colonel de l’APL en retraite. La stratégie, Monsieur Ren connaît. Quand Trump déclare la guerre, ça fait 20 ans que Monsieur Ren la prépare.

Tout observateur attentif sait que Huawei est une entreprise gouvernementale Sans le gouvernement chinois, Huawei n‘aurait pu se développer. C’est que l’essentiel de son activité n’est pas de fabriquer des smartphones low cost. Le métier « historique » de Huawei, ce sont les réseaux : les commutateurs, les serveurs, les antennes relais, bref tout ce qui est en amont du téléphone. Ce que faisait Alcatel avant que Tchuruk ne se focalise sur les entreprises sans usines. Monsieur  Ren s’est appuyé sur les usines et Huawei a bouffé les marchés d’Alcatel. C’est un peu plus compliqué, en fait. Alcatel regardait seulement Nokia, son concurrent occidental et son cours de bourse qui montait parallèlement aux suppressions d’emploi. Pendant ce temps, Monsieur Ren engrangeait sur les petits marchés et développait son outil de production en s’appuyant sur le seul marché qui compte : le marché chinois.

Après… Pour aller d’amont en aval, il suffit de suivre le lit de la rivière. Obsédé par la rivalité Apple-Samsung, l’Occident n’a pas vu arriver Huawei qui a aujourd’hui dépassé Apple en termes de vente de smartphones. Il est vrai que la Chine sait fabriquer des téléphones vu que le chinois Foxconn construit tous les appareils Apple.

J’ajoute que Xiaomi est venu compliquer l’histoire. Xiaomi, financé au départ par Singapour et donc, pas vraiment chinois pour les Occidentaux. Xiaomi qui a débauché un dirigeant de Google pour créer son propre système d’exploitation. Mais Xiaomi qui s’est positionné sur l’électronique « domestique » au contraire de Huawei. Trump est cerné. Les joueurs de weiqi ont pris la main.

Et l’avenir ?

L’objectif de Huawei, c’est Samsung que l’offensive de Xiaomi affaiblit. Le système d’exploitation de Xiaomi est minoritaire mais fonctionnel : il a créé une sorte d‘Applestore, appuyé sur Alibaba qui produit chaque année plusieurs milliards de dollars. Je suis prêt à parier sur une alliance qui affaiblira du même coup, Apple et son commercialisateur Google. Pour faire bonne mesure, le gouvernement chinois brandit la menace des terres rares. Si vous avez des actions Apple et Google, envisagez de vendre. Mais gardez les « petits » comme LG. Eux seront achetés, pas détruits.

D’autant que Huawei estime que son système 5G est au point ce qui obligera Apple à passer sous ses fourches caudines.  Trump privera t’il les USA  de la 5G ?

La Chine tient dans ses mains l’avenir des communications mondiales. C’est un simple fait. Je ne saurais trop recommander aux journalistes de vérifier leurs infos. Ils présentent Richard Yu (Yu Cheng dong) comme « patron » de Huawei alors que le PDG reste Monsieur Ren. Simplement, Huawei a organisé un système de « directeurs tournants » où se succèdent les membres du comité exécutif. Mais pas Monsieur Ren. Il a autre chose à faire que parler à la presse étrangère. Pourtant c’est lui, colonel à la retraite, qui a mis Trump à genoux.

Huawei affirme que l’avenir des smartphones passe par trois marques., oubliant Xiaomi, ou anticipant un rapprochement. En stratégie, il ne fait pas bon de désigner ses objectifs.

Raison pour laquelle Pekin ne parle jamais des Ryu Kyu. Qu’est ce que ça a à voir ?

Rien. Tout.


On en reparlera.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire