dimanche 3 octobre 2010

JE SERAIS MARSEILLAIS....

Je serais marseillais que je serais inquiet. Pas à cause de l’OM. Non, ça, ça va s’arranger grâce au Bayonnais laborieux.

Je serais inquiet parce que le Groupe chinois Cosco a pris en gestion les ports d’Athènes et de Salonique. A partir de là, on peut s’interroger sur la quantité de conteneurs chinois qui vont débarquer à Marseille. On a lu des trucs marrants dans la presse à cet égard. Par exemple, que les ports grecs allaient permettre d’alimenter les marchés des Balkans. Ça relativise. Les Chinois investissent pour livrer la Bosnie-Herzégovine, pas de quoi s’affoler. Par exemple, que les Chinois profitaient de la crise grecque pour avancer leurs pions. Bon, c’est un coup d’opportunisme, pas de quoi s’affoler.

Les Chinois, ils savent lire les cartes. Les cartes géographiques, pas les cartes de Madame Irma, voyance et cartomancie. Quand tu regardes une carte de la Méditerranée, ça te saute aux yeux. En sortant du Canal de Suez, le premier port de quelque importance, c’est Athènes. Marseille, c’est plus loin.

Et derrière Athènes, y’a les plaines danubiennes. Et le Danube lui même. On n’en entend plus parler de celui-là. Mais il est à sa place, large, puissant, navigable de la Bulgarie jusqu’à Vienne. Il coule tranquille dans une plaine large. Un peu sous-équipée la plaine, mais c’est pas un problème.

C’est vrai que les plaines danubiennes, elles sont balkaniques. Au sud. Parce qu’au nord, elles sont germaniques. C’est aussi ouvert, à quelques détails près, que le sillon rhodanien. J’ai pas fait le calcul, mais Hamburg doit pas être beaucoup plus près de Marseille que d’Athènes. En tous cas, vu de Pékin. Ne chipotons pas.

Ce qui est à hurler de rire, c’est que cette prise en mains s’est faite dans le cadre d’un programme de privatisation des ports grecs. Les Grecs, ils sont comme nous : faut privatiser pour rentabiliser. Et donc, pour mener à bien leur programme de privatisation, ils ont refilé les ports à une compagnie chinoise nationalisée. Un peu dissimulée : le signataire, c’est Cosco Pacific, cinquième transporteur mondial et coté en Bourse de Hong Kong. Hong Kong égale système capitaliste (un pays, deux systèmes), coté en bourse, ça rassure. Sauf que Cosco Pacific appartient majoritairement au Groupe Cosco, pas du tout coté en Bourse, société appartenant au gouvernement chinois et dont le siège est à Pékin, pas à Hong Kong. La logique est floue : refiler le bébé à une société nationalisée pour mieux le privatiser. C’est beau la rhétorique.

Pour mémoire, le premier protocole d’accord a été signé en 2008, un an avant la crise grecque ce qui relativise l’opportunisme. A l’époque, Salonique devait être confié à Hutchinson Whampoa, société privée basée à Hong Kong (et propriétaire des boutiques Marionnaud). Mais, vous savez ce que c’est, finalement, après avoir réfléchi, Hutchinson a laissé Cosco s’occuper aussi de Salonique. Un capitaliste chinois, c’est libre tant que le gouvernement ne siffle pas la fin de la récréation. Un pays, deux systèmes. Ce qui compte dans la phrase, c’est « un pays ». Un gouvernement. Qui décide. Pour Salonique, c'est pas le système Hong Kong le meilleur.

Tout est en place. Les bateaux de Cosco vont quitter Shanghai, géré par Cosco, pour débarquer leurs conteneurs (fabriqués par Cosco) à Athènes, gérée par Cosco. Parfait exemple d’intégration. Après, va falloir irriguer l’Europe et le Danube va bien aider. Les Chinois, le transport fluvial, ils connaissent depuis quelques siècles. Nous, voilà trente ans qu’on ne fait plus grand chose vu que les transporteurs routiers, ils ont expliqué que les péniches c’était ringard et dépassé. S’il faut élargir quelques autoroutes ou améliorer des lignes ferroviaires, c’est pas très grave. Le gouvernement grec a annoncé qu’il allait privatiser les autoroutes et le chemin de fer. On va bien voir qui va s’y coller.

C’est vrai que le Canal de Suez a bien aidé Marseille au bon temps où l’Indochine voyait flotter le drapeau tricolore. C’est plus le cas. Le Canal de Suez n’est plus un atout. Faut pas dramatiser non plus. Le trafic va pas basculer d’un coup. On va assister à une lente érosion, on va faire des plans de relance de l’activité, on va discourir. C’est pas avec des discours qu’on déplacera le Danube, remarquez. Mais va bien falloir faire semblant.

A moins qu’on ne refile Marseille aux Chinois. Faudra recycler Gaudin dont l’accent colle assez mal avec le mandarin. Faudra aussi recycler l’OM dans le badminton. Faudra revoir le couloir rhodanien qui est un peu engorgé. Forcément, c’est un couloir. Faudra aussi expliquer aux dockers de la CGT qu’avec un patron communiste, les grèves c’est terminé. Y’en a plus besoin.

C’est un beau sujet pour les géopoliticiens. Pour les historiens aussi. J’imagine assez bien les Chinois relancer le projet des Fosses carolines. C’est assez dans leur mental.

On en reparlera….

Janvier 2011 : Marseille recule dans le classement des ports européens. On nous dit que c'est à cause des grèves....

Aucun commentaire:

Publier un commentaire