mercredi 17 avril 2019

TOTOR ET NAPOLEON LE PETIT

Je suis écoeuré, scandalisé. En colère. L’incendie de Notre Dame fait exploser les ventes d‘Hugo. Au nom de l’amour du patrimoine.

Ho ! Qu’est ce qu’il a fait Totor pour le patrimoine ? Rien. Niente. Nada. Il a pas sorti un écu pour le logis d‘Esmeralda. Au cas où vous n’auriez pas compris, Hugo c’est rien. Un écrivain. Un branleur de mots, plutôt moins bon que ses contemporains. Lisez Flaubert ou Nerval, vous comprendrez la distance.

Dans les saloperies qu’il a faites, il en est une de premier rang, c’est l’infâme surnom de Napoléon-le-Petit dont il a  affublé Napoléon III. Et donc, puisque vous en avez tous plein le larynx de notre Patrimoine, de notre Histoire, de notre Culture, je me vois dans l’obligation de rappeler quelques faits que l’ombre auguste du sauteur de la mère Drouet a un peu occultés.

Dès sa prise de pouvoir, l ‘Empire prend en charge le Patrimoine. Un des aides de camp, le colonel Stoffel est nommé pour synthétiser et rendre compte directement à l’Empereur. Le travail de terrain est confié à un groupe d’historiens, d’architectes mené par Prosper Mérimée. L’Empereur est informé au jour le jour et même le soir : à Compiègne, une salle est réservée aux chercheurs, mitoyenne de la salle de bal pour que Napoléon III puisse s’éclipser des festivités et donner ses instructions. Et ça bosse !

Mérimée commence l’inventaire des Monuments historiques qui est toujours le nôtre. Aidé par Viollet-le-Duc, il entreprend de former des architectes spécialisés dont le corps existe encore. Que tous ceux qui crachent sur Viollet-le-Duc aillent sur Gallica voir le travail de recherche et de recension qu’il a fait. Ce mec était un monstre : il a établi le vocabulaire, dessiné des milliers de pièces, comparé, soupesé. Et ce n’était pas un misonéiste obsédé par le passé : pour son hôtel particulier, il a été l’un  des premiers à utiliser le béton, matériau d’avant-garde. Ce qui ne l’a pas empêché de protéger les compagnons, charpentiers et tailleurs de pierre entre autres, et de sauvegarder leurs techniques et tours de mains.

Mérimée a le goût du Moyen Age mais Napoléon préfère l’Antiquité, surtout romaine. A titre personnel, il travaille sur la guerre des Gaules. Quand il a besoin d‘un cartographe, il demande à Exelmans de lui en trouver un au Dépôt de la Guerre et il l’embauche dans le cadre de sa Maison particulière, payé sur sa liste civile et non sur le budget de la Nation. Et pendant ce temps, que fait Totor pour le Patrimoine ? Rien.

L’équipe Mérimée va retrouver tous les grands sites de la Guerre des Gaules, y compris Alésia. Tout le mobilier archéologique est dessiné. Pour la première fois dans le monde, les cartographes comparent les textes antiques et le terrain, inventant la cartographie archéologique. Pour s’en convaincre, il suffit d’aller à Glu-en-Glenne, à la base archéologique François-Mitterrand où a été déposé le dossier des cartes, des notes de travail, des essais et des erreurs, tout ce qui a permis de publier l’Atlas pour servir à l’Histoire de Jules César. C’est le dossier Chabaud : Exelmans avait choisi mon trisaïeul pour faire les cartes de Napoléon. Toutes. Y compris le premier plan du terrain où fut construit l’Hôtel du Palais à Biarritz.

Difficile de dire aujourd’hui ce que chacun apportât à l’édifice. Il n’en reste pas moins que lorsqu’arrive Sedan, les bases sont jetées, il existe un Inventaire des Monuments historiques, un corps d’architectes spécialisés, des artisans compétents, des archéologues formés. Napoléon-le-Petit ? Faut être gonflé pour adopter le surnom et affirmer aimer le Patrimoine.

Moi, j’ai envie de dire que Totor fut une sorte de BHL un mec qui a fait passer sa gloire dans les mots, mais pas dans ses actes. Ce que vous pleurez aujourd’hui, c’est le travail de Mérimée et de Viollet-le-Duc, leurs heures de labeur, leurs hésitations et même leurs erreurs. C’est l’œuvre de ce Napoléon que vous méprisez, pas de ce Hugo que vous adulez

Car la force des fainéants est que leur œuvre est facile à comprendre par son insignifiance même.


On en reparlera….

Aucun commentaire:

Publier un commentaire