mardi 16 juillet 2019

BERTHE DE RUGY ET BOURBON-BÉRU

Je suis absolument stupéfait que personne n’ait mis en cause Madame de Rugy.

Elle est, à l’évidence, la seule responsable de ce désastre. J’imagine qu’elle avait son mot à dire sur les menus de l’Hôtel de Lassay. Elle occupe de hautes fonctions chez Gala. Je la soupçonne donc d’avoir voulu imposer la nouvelle doxa gastronomique, la nourriture de merde, exogène et pseudo-hygiéniste qui traine dans les pages « gastronomie » de ce genre de torchon.

Si les De Rugy avaient mangé normalement, des abats, du pot au feu, de la cuisine française traditionnelle basée sur le chou, le fayot et la sauce, personne n’aurait rien trouvé à redire. On ne traite pas le coq au vin comme le homard et personne ne peut trouver à redire sur un cassoulet, ni même sur un ris de veau financière.

De Rugy est puni de n’avoir pas été Bérurier. L’amour de Chirac pour la tête de veau était un avantage d’image. Pas un Français ne peut s’indigner ou s’opposer à la tête de veau.

Quant aux grands crus, leur choix était pitoyable. On ne sert pas de Rothschild. Quelques bouteilles de Conseillante auraient coûté plus cher, mais personne ne connaît La Conseillante. Le snobisme, ce n’est pas de servir des noms que tous connaissent. Le vrai snobisme, c’est savoir sortir des rails empruntés par la masse, y compris et surtout la masse des snobs. Les snobs discutent des mérites de Saint Emilion mais ignorent Pomerol. Préférer Gombaude ou Certans à Cheval Blanc.

De Rugy est puni de n’avoir pas laissé Berthe Bérurier décider des menus. Si Madame de Rugy avait intercalé des gras doubles ou des tripes à la mode de Caen avec des poulardes demi-deuil ou des hachis parmentier au chamangot, il n’ y aurait eu aucun scandale. Ce n’est pas moderne ? Les Français ne sont pas modernes et c’est une de leurs forces. Ce n’est pas hygiéniste ? Les Français crèvent d’excès ou d’intempérance et c’est une de leurs marques. Une marque qu’ils aiment.

Michel Delsol m’a raconté qu’il avait été invité à un petit déjeuner par le Comte de Paris et qu’à son arrivée, le maître d’hôtel l’avait prévenu « Monseigneur trempe ». Le prétendant au trône trempait ses tartines dans son café au lait comme n’importe quel Français. Un Bourbon peut être plus proche du peuple qu’un Rugy.

Je connais plein de gens qui ne trempent pas. Par pseudo-bonne éducation ou je ne sais trop quoi. Il est vrai qu’ils ne fréquentent pas les Bourbons. Ces derniers conservent les derniers débris de l’éducation française.

Mair pour ce faire, ils ne cherchent pas de conseils dans Gala. Ils sont authentiques.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire