mercredi 31 juillet 2019

GPS ET PERMANENCE

Les députés doivent tous avoir un GPS dans leur voiture. De ce fait, ils sont inaccessibles à ce changement qui rend idiot : le changement d’échelle.

Dans le meilleur des cas, le GPS affiche une carte pour automobilistes, c’est à dire une échelle moyenne, grosso modo l’équivalent du 1/200 000. Quand tu approches du but, l’échelle devient plus grande ; 1/20 000, voire plus grand. Et donc, par définition, tu ne prends pas conscience que tu peux être dans une zone plus vaste. Tu as une vision rétrécie.

Le député qui vote le CETA n’a aucun autre moyen de faire le lien que son cerveau. Je pourrais plaisanter sur ce sujet s’il ne m’inquiétait pas. Oui, ils ont un  cerveau. Mal construit, mais ils en ont un. Et leur cerveau les empêche de voir que la production agricole sur leur circonscription est liée à la production alimentaire mondiale. Ils n’ont plus conscience que le CETA qu’ils votent  va à l’encontre des intérêts de leurs électeurs. Ils n’ont plus conscience des conséquences de leur vote.

Ils n’ont plus conscience, non plus, que l’agriculteur du village voisin en a conscience parce que, lui, les cours mondiaux et la mondialisation, c’est sa survie. Lui, il sait que la décision prise sur une carte à toute petite échelle va l’appauvrir, voire le ruiner. Et donc, il regimbe.

Le député qui regarde sa permanence taguée se saisit des éléments de langage fournis par les chefs : violence, dictature, refus de la démocratie. C’est plus simple que ça. En autorisant aux autres ce que tu m’interdis, tu me livres à eux, pieds et poings liés. Tu me détruis. Et je ne vais pas te laisser faire. Parce que détruire ses électeurs, ce n’est pas vraiment la définition de la démocratie.

Oui, dit le député, mais en signant ce traité, je vais améliorer la vie des autres, ceux qui ne produisent pas. Je vais améliorer leur pouvoir d’achat.

C’est possible. Ce faisant, tu divises ton peuple en deux : ceux qu’on aide et ceux qu’on détruit. Et tu choisis ce que tu détruis. Est ce cela la démocratie ? Est ce cela la bienveillance ? Et n’étant pas bienveillant, ne viens pas nous parler de réciprocité parce qu’on baigne dedans : le bonhomme qui détruit ta permanence fait exactement la même chose que toi : il s’attaque à ton outil de travail.

La géopolitique, c’est ça : comparer des échelles. Et comparer correctement les signes. Montesquieu, à propos de l’Espagne distinguait soigneusement la richesse « naturelle » qui correspond aux biens produits et la richesse « signe », l’or et l’argent qui sont simplement un signe de richesse qui ne correspond à rien de réel. A les mélanger, on risque le retour de bâton, comme dans l’Espagne du Grand Siècle. Plus que jamais, nous vivons dans l’empire des signes.

Et donc, petits députés aux yeux collés de sécrétions nocturnes, personne ne va vous plaindre. Vous avez une responsabilité et ceux qui taguent ou détruisent vos permanences viennent vous la rappeler : améliorer la vie de ceux qui votent pour vous. Si vous n’en êtes pas capables, ne vous plaignez pas.

Ne serait ce que parce que, dans le même temps, vous préparez la vente de nos barrages, ce qui revient à ôter la possibilité d’irrigation à ceux qui vont en avoir besoin.


C’est de l’acharnement. Dites le clairement que vous rejetez l’agriculture. On vous laissera au moins le bénéfice de la franchise.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire